Paroisse Colomiers

Mi-Carême avec Isaïe 24-26 - Confinons-nous, mais confions-nous aussi au Seigneur !

Qui s’attendait à un tel Carême ?

La Parole de Dieu nous éclaire sans cesse, et Isaïe a sûrement des messages à nous transmettre en tant que prophète. En particulier dans les chapitres 24 à 27 appelés Apocalypse. C’était au temps de l’Exil et de la déportation à Babylone (7ème siècle avant J-C).

24 Voici que Yahvé dévaste la terre et la ravage, il en bouleverse la face et en disperse les habitants. Il en sera du prêtre comme du peuple, du maître comme de l’esclave, de la maîtresse comme de la servante, du vendeur comme de l’acheteur, du prêteur comme de l’emprunteur, du débiteur comme du créancier (1-2).

La terre est profanée sous les pieds de ses habitants car ils ont transgressé les lois, violé le décret, rompu l’alliance éternelle (5).

Le vin nouveau est en deuil, la vigne s’étiole, ils gémissent ceux qui avaient le cœur en fête. Le son allègre des tambourins s’est tu, les fêtes bruyantes ont pris fin, le son allègre du kinor s’est tu. On ne boit plus de vin en chantant, la boisson est amère à ceux qui la boivent (7-9).

Mais ceux-ci élèvent la voix, ils crient de joie, en l’honneur de Yahvé ils clament depuis l’occident. « Oui à l’orient, glorifiez Yahvé, dans les îles de la mer, le nom de Yahvé, le Dieu d’Israël ». Des confins de la terre nous avons entendu des psaumes, « gloire au juste » (14-16a)

Mais j’ai dit : « Quelle épreuve pour moi ! Quelle épreuve pour moi ! Malheur à moi ! » (16b)

Frayeur, fosse, filet, pour toi, habitant de la terre (17).

Oui les vannes d’en haut se sont ouvertes, les fondements de la terre ont tremblé.

Un brisement, la terre s’est brisée, un sursaut, la terre a sursauté, un vacillement, la terre a vacillé (18c-19)

25 Yahvé, tu es mon Dieu, je t’exalterai, je louerai ton nom, car tu as accompli des merveilles, les desseins de jadis, fidèlement, fermement (1)

Tu as été un refuge pour le faible, un refuge pour le malheureux plongé dans la détresse, un abri contre la pluie, un ombrage contre la chaleur, car le souffle des violents est comme la pluie d’hiver (4).

Yahvé Sabaot prépare pour tous les peuples, sur cette montagne, un festin de viandes grasses, un festin de bons vins, de viandes moelleuses, de vins dépouillés. Il a détruit sur cette montagne le voile qui voilait tous les peuples et le tissu tendu sur toutes les nations, il a fait disparaitre la mort à jamais. Le Seigneur a essuyé les pleurs sur tous les visages, il ôtera l’opprobre de son peuple sur toute la terre, car Yahvé a parlé. Et on dira en ces jours-là : Voyez c’est notre Dieu, en lui nous espérions pour qu’il nous sauve ; c’est Yahvé, nous espérions en lui. Exultons, réjouissons-nous du salut qu’il nous a donné (6-9).

26 Confiez-vous en Yahvé à jamais ! Car Yahvé est un rocher, éternellement. (4)

Confinons-nous, mais confions-nous aussi au Seigneur !

La situation de détresse, certains la subissent plus que nous, et de façon chronique dans d’autres endroits du monde, pour d’autres causes, souvent humaines.

Le prophète nous rejoint dans l’épreuve que nous traversons. Il nous rassure aussi en nous promettant ce rassemblement dans la joie sur la montagne.

P. Jean-Christophe Cabanis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article