Paroisse Colomiers

7 septembre : Rencontre de quartier - "En croyant à des fleurs, parfois on les fait naître"...

Lundi 7 septembre, rencontre de notre équipe de quartier du Perget au bord du lac. Elle débute tout simplement par une invitation faite à l’Esprit Saint… Ensuite, lecture de l’Evangile du jour selon St luc (6, 6-11) – Sur la main desséchée – « des pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison, le jour du Sabbat ». A ce propos, sœur Emmanuelle Billoteau note ceci dans son commentaire : Contemplons en Jésus le Verbe qui nous crée et nous recrée. Les Pères de l’Eglise ont vu dans la main paralysée de l’homme guéri par le Christ, une allusion au chapitre 3 du livre de la Genèse – PAR LA MAIN D’ADAM, QUI S’EST SAISI DU FRUIT DEFENDU, LE DESORDRE EST SURVENU DANS LA CREATION. Ainsi l’Evangile nous conduit directement à « la saison de la création » et à « la sauvegarde de la maison commune » : les thèmes du jour. La création nous a été confiée à nous aussi. Mais il n’y avait-il aucun fruit défendu ?... Au départ, il est fait une sorte d’inventaire à la Prévert de nos propres constatations. Diminution de la variété et du nombre d’animaux lié à la rareté de la nourriture. Emploi d’engrais et de pesticides qui fâchent, empiétement de l’homme sur leur habitat (destruction des bocages et des forêts), monoculture, appauvrissement des sols, pollution des rivières… Que dire de notre consommation, du gaspillage ?... Stop, la liste est si longue !

Après les ouvriers de la « première heure » il semblerait que certains de nos concitoyens commencent à prendre conscience de la gravité de tous ces problèmes. Est-ce en effet dû au coronavirus et à son confinement ?...Autres remarques relevées : il existe dans la société une certaine méfiance envers « les écologistes politiques ». Certains, parfois, ont tendance à se comporter de manière un peu rigide et font craindre aux personnes vulnérables un accroissement de leurs difficultés ! Mais soyons bien conscient d’une chose : plus nous attendrons pour prendre « de bonnes mesures » plus les problèmes vont s’aggraver, et plus les « dites » mesures seront strictes ! Agir vite permet plus de souplesse ! Mais l’urgence n’est-elle pas déjà là ?

Il existe également une sorte de défiance envers les gouvernements en général qui doivent composer avec les soucis d’ordre économique, avec une lourdeur de la bureaucratie dans les administrations, sans parler de lobbies. Ces groupes plus riches que les Etats, qui pensent et vivent « dollar, coté de la bourse », bref, eux ont élu un roi : l’argent ! Pour autant devons-nous baisser les bras ? Nous déprimer ? Relevons tous les points positifs : triage des déchets, diminution du plastique… Croyons en Dieu, croyons en l’Homme, croyons en demain. Voyons toujours plus beau, toujours plus loin et retroussons nos manches pour AGIR MAINTENANT :

Puis il nous a été rappelé l’histoire du colibri ! Certes, il ne va pas éteindre l’incendie juste avec quelques gouttes d’eau transportées dans son bec et jetées sur le feu, MAIS IL FAIT SA PART !

Puisque nous avons reçu ce dimanche 6 septembre une invitation pour le 19 à 9h30 au lac du Perget pour le ramassage des déchets, nous répondons : présent.

Ensuite dans notre groupe, nous pensons l’organiser aussi dans notre quartier. Et puis faisons un rêve : si chaque groupe paroissial mettait en place, lui aussi, cette opération dans son quartier. Et si cela se faisait chaque mois ou trimestre, voir ce qui est réalisable…

Et si les villages voisins venaient à le savoir et adoptaient ce projet. Et si les adeptes des réseaux sociaux transmettaient cette information ! Serait-il normal de laisser aux virus l’exclusivité de la contagion ? …

Pour clore la réunion, tout naturellement, nous avons prié…

Par ailleurs le Saint Curé d’Ars disait : « Dans l’âme unie à Dieu, c’est toujours le printemps ». Si c’est toujours le printemps, ne pouvons-nous pas croire à des fleurs ? et pourquoi pas,… en faire naître ?...

Anne-Marie Durand

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article