Paroisse Colomiers

Psaume 24(25) - Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse

Lecture Priante du psaume du 26ème dimanche ordinaire année A
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur.
1. Que dit ce texte ? 2. Que me dit ce texte ? 3. Que vais-dire au Seigneur ? 4. Vivre dans la grâce du texte.

                                                                                     ******************

Psaume 24(25)
04. Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route.
05. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve.
06. Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours.
07. Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ; dans ton amour, ne m'oublie pas.
08. Il est droit, il est bon, le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin.
09. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin.

***********

Cet extrait de psaume est comme un résumé du psaume de dimanche dernier. Avec cet humour qui habite le priant : Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse. Oui, Seigneur, on a peur que tu oublies ce fondamental de ce que tu es, la tendresse ?. Et pour soulager ta mémoire défaillante, et probablement la nôtre aussi, un seul mot, ''tendresse''. On ne peut pas faire plus bref ! Et on accumule les termes : enseigne-moi, dirige-moi, tes voies, ta route...

 

Le chemin est montré au pécheurs. Humour, oui, mais aussi réalisme. Nous sommes des pécheurs. Et le remède au péché, c'est un chemin d'humilité. C'est le chemin des ''anawims''. Ces pauvres, dont le psaume de dimanche dernier nous a entretenu. Au carrefour entre les deux testaments, dans l’Évangile de Luc, au chapitre 1, deux cantiques dits chaque jour dans ''Prière du Temps Présent'' (nom actuel du bréviaire), l'un le matin, le ''Benedictus'', le cantique de Zacharie pour la naissance de Jean-Baptiste, (Luc 1,68s.) Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple. Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur... amour qu’il montre envers nos pères, mémoire de son alliance sainte... L'autre cantique, le soir, le Magnificat de la Vierge Marie. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa descendance, à jamais.

Jean-Baptiste, Marie, des gens simples, de cette catégorie que les exégètes appellent les ''anawims'', Joseph, Élisabeth, les bergers de Noël, le vieillard Syméon, la prophétesse Anne, les apôtres... Des gens de la base dirions-nous. Des gens qui ont compris et vécu l'Alliance d'amour de Dieu envers ce peuple appelé à être les prémices de l'Alliance envers toute l'humanité en Jésus Christ, Dieu descendu dans la chair humaine.

 

Ma lecture priante va aussi s'orienter vers le texte des béatitudes (Mt 5 et Luc 6,10s.) Heureux les pauvres de cœur... C'est comme le ''code de la route'' que propose Jésus, pauvre parmi les pauvres. Dieu incarné dans la simplicité du cœur. ''Pour aller où je vais, vous savez le chemin.

Thomas lui dit : ''Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ?''Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.'' (Jn 14,4s.)

Paul C.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article