Paroisse Colomiers

Psaume 39 (40) Me voici, Seigneur

Lecture Priante du Psaume du 2ème dimanche ordinaire année A
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur.
1. Que dit ce texte ? 2. Que me dit ce texte ? 3. Que vais-dire au Seigneur ? 4. Vivre dans la grâce du texte

*********

Psaume 39 (40)
D'un grand espoir j'espérais le Seigneur : il s'est penché vers moi.
Dans ma bouche il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu.
 
Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j'ai dit : "Voici, je viens."
 
Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j'aime : ta loi me tient aux entrailles.
 
Vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais.
J'ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.

**************

1. Que dit ce psaume ? La liturgie a largement reconditionné ce psaume : coupures, changement de présentation générale, etc. Prions-le tel qu'il se présente dans nos missels... Éclairés par la première lecture, d'Isaïe : Tu es mon serviteur, Israël... Lui qui m'a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur... Trop peu que tu sois mon serviteur... Deuxième partie du livre d’Isaïe, les "chants du Serviteur". Dans cette première lecture, le Serviteur, c'est tout le peuple en Exil. Dans ces exilés, surtout une petite partie très motivée dans sa foi et son espérance : le Seigneur n'a pas abandonné son peuple. Une petite portion du peuple que des passages de la bible appellent parfois "le Petit Reste" d'Israël.
 
Venons-en au psaume. Ce "petit Reste" du peuple sera le tremplin d'une nouvelle espérance dans le personnage du Messie, un jour : D'un grand espoir j'espérais le Seigneur... Le Messie est comme en filigrane dans ce psaume : Voici, je viens...
 
Il semblerait que le suppliant venait offrir un sacrifice rituel d'animaux au Temple (à la grande assemblée). Mais où est la victime ? Dieu ne veut plus de ce genre de sacrifices. Il le laisse entendre depuis quelque temps dans des psaumes, dans des exhortations de prophètes. Regardons seulement Osée 6,6 que Jésus citera après avoir appelé le douanier Matthieu (Mt 9,13). : Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes. Ce qui plaît à Dieu, c'est la docilité de chaque instant à sa Volonté, c'est le don de soi par amour ! La seconde strophe du montage liturgique : Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j'ai dit : "Voici, je viens."Je vois le priant dérouler la Torah, les rouleaux de la Loi, qui le tient aux entrailles... Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse.
 
Le montage liturgique est encadré par un chant nouveau et par je ne retiens pas mes lèvres. Une "inclusion", une façon d'attirer visuellement l'attention, comme ferait l'encadrement d'un tableau. Le psalmiste a envie de proclamer ce qu'il a dans le cœur. Il l'exprime ainsi : Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime...
 
2. Que me dit ce psaume ? Je suis du Nouveau Testament, de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ. J'écoute Jésus chantant ce psaume. Quel portrait de Jésus je puis y voir ? L'auteur de l'Épître aux Hébreux a exprimé l'opposition entre le culte du Temple et celui offert par Jésus et célébré dans les communautés chrétiennes. Il met en valeur le contraste entre "le sang des boucs, des veaux et des taureaux" et celui de Jésus qui peut purifier les consciences (9,12-14). Pour ce faire, il cite notre psaume qui relativisait déjà le système des sacrifices d'animaux : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande... tu n'as demandé ni holocauste ni expiation. Alors j'ai dit : Me voici, je viens... Mon Dieu, je veux faire ce qui te plaît" (Ps 40,7-9). Portrait de Jésus ? Grand-Prêtre, autel sur la Croix, victime offerte...
 
3. Que dire au Seigneur et que vivre dans la grâce de ce psaume ? Je peux dire au Seigneur des versets non choisis par la liturgie de ce dimanche. En pensant à quelques épisodes de ma vie. Le Seigneur me demande, peut-être, d'être quelque temps le "Petit Reste" pour quelqu'un, pour l’Église, pour ma paroisse... Pas parce que je serai le meilleur, mais comme une mission au milieu de mes pauvretés humaines et spirituelles. Le Seigneur m'a tiré de l'horreur du gouffre, de la vase et de la boue ; il m'a fait reprendre pied sur le roc, il a raffermi mes pas... Tu as fait pour nous tant de choses, toi, Seigneur mon Dieu ! Tant de projets et de merveilles : non, tu n'as point d'égal ! Je les dis, je les redis encore mais leur nombre est trop grand ! Toi, Seigneur, ne retiens pas loin de moi ta tendresse ; que ton amour et ta vérité sans cesse me gardent ! Je suis pauvre et malheureux, mais le Seigneur pense à moi. Tu es mon secours, mon libérateur : mon Dieu, ne tarde pas ! Je lis, relis, je m'imprègne des paroles.

Paul C.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article