Paroisse Colomiers

Réunion - Quartier Perget Monturon (Colomiers), le 23 janvier 2020

Jeudi soir, 23 janvier, 20 heures, l’ambiance n’est pas tout à fait la même que d’habitude. Nous sommes plus nombreux, quelques têtes sont déjà connues, d’autres moins… et surtout il y a une caméra ?! François nous explique rapidement qu’il est là pour préparer des petits films de 2-3 minutes tournés lors des réunions de quartier du diocèse. L’objectif est de témoigner et d’illustrer ce qui se passe lorsque des laïques se réunissent. Chez Kim Lien, nous prions, nous écoutons beaucoup, nous parlons un peu, nous méditons, nous rigolons, nous prions encore et finalement… nous mangeons. François, pour avoir visité et filmé beaucoup de rencontres dans différentes communes du diocèse, nous rassure et nous dit que nous ne dépareillons pas, que nous nous inscrivons dans l’esprit des autres rencontres.

 

Kim Lien a annoncé la couleur dès le début, « programme chargé ce soir ! ».
 
Dans un silence religieux, nous avons tout d’abord écouté les témoignages de ceux parmi nous qui ont accueilli des migrants. Ils ont parlé des circonstances, des familles accueillies, de leurs origines, de leurs histoires connues, de leurs joies, de leurs étonnements ainsi que de leurs craintes. Ce n’est évidemment pas sans émotions qu’ils partagent. Deux questions lancinantes sont revenues à plusieurs reprises : où s’arrête la générosité chrétienne dans ce type de circonstance ? comment gérer les dilemmes entre citoyenneté et chrétienté, entre le cœur et la loi ? Nous avons également entendu un témoignage sur l’OFPRA et sur la méthode suivie pour gérer les dossiers. Enfin, c’est Dominique qui a témoigné de ses expériences personnelles et en particulier de « Welcome », une association venant en aide aux migrants. Le témoignage de « Dominique » était très spécial, elle-même se disant non croyante et syndicaliste mais rajoutant immédiatement que, quand il s’agit de l’amour du prochain, elle ne voit pas de différence évidente entre motivations syndicales et religieuses. Il faut également rajouter que lorsque nous récitons le Notre Père et que Dominique vient rejoindre spontanément, discrètement, notre cercle en se tenant tous par la main, c’est beau !! Que nous l’entendions ou pas, n’est-il pas vrai que Dieu est en nous tous ?
 
Dans un silence toujours religieux, nous avons prié pour nos malades, ceux du quartier ou pas, des proches ou pas. Nous avons prié pour ceux qui souffrent et rendu grâce pour ceux qui sont guéris. Nous nous sommes rappelés de Jésus sur sa barque, face à une foule souhaitant toucher Celui qui fait des miracles, Celui qui guérit… C’est intéressant car c’était justement l’évangile du jour. C’est alors que nous avons écouté le témoignage spontané d’une ancienne soignante mêlant foi et activité professionnelle, nous expliquant que c’est son métier d’infirmière qui a initié et continué à nourrir sa conversion. Elle nous a également et certainement touchés en se rappelant qu’elle avait l’habitude d’offrir tous les jours ses mains au Seigneur avant de débuter sa journée de travail et ainsi qu’Il puisse faire Sa volonté. Elle a également partagé avec beaucoup de pudeur son expérience de l’accompagnement à la mort, de sa crainte de ne pouvoir trouver les mots qui apaisent et rassurent. Pourtant, devant les patients, les bons mots venaient : « j’étais surprise de ce que je disais car c’est comme si je ne comprenais pas d’où venaient les mots qui sortaient de ma bouche ».
 
Après ces moments assez forts, c’est évidemment par une dernière prière et immuablement par un petit encas que nous avons terminé la rencontre, des galettes, du cidre. Kim Lien est très à cheval dessus. Elle insiste également pour que nous ne terminions pas trop tard : « Il y en a qui travaille et qui se lèvent tôt demain !»
Olivier Chancel 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article