Paroisse Colomiers

18 août 2020, à la Ramée - il serait bon de partager nos idées autour de nous.

18 août 2020, à la Ramée - il serait bon de partager nos idées autour de nous.
18 août 2020, à la Ramée - il serait bon de partager nos idées autour de nous.18 août 2020, à la Ramée - il serait bon de partager nos idées autour de nous.

Mardi à la Ramée, nous nous sommes retrouvés à 10 personnes  de la paroisse.

Nous avons lu ensemble n°50 de "Laudate Si’ »,  consacré  à des manières d’entrer dans une vie plus frugale de l'écologie et nous avons échangé autour de ce sujet après un temps de réflexion personnelle, puis un tour où chacun disait ce qu’il retenait.

50. Au lieu de résoudre les problèmes des pauvres et de penser à un monde différent, certains se contentent seulement de proposer une réduction de la natalité. Les pressions internationales sur les pays en développement ne manquent pas, conditionnant des aides économiques à certaines politiques de “ santé reproductive ”. Mais « s’il est vrai que la répartition inégale de la population et des ressources disponibles crée des obstacles au développement et à l’utilisation durable de l’environnement, il faut reconnaître que la croissance démographique est pleinement compatible avec un développement intégral et solidaire ». [28] Accuser l’augmentation de la population et non le consumérisme extrême et sélectif de certains est une façon de ne pas affronter les problèmes. On prétend légitimer ainsi le modèle de distribution actuel où une minorité se croit le droit de consommer dans une proportion qu’il serait impossible de généraliser, parce que la planète ne pourrait même pas contenir les déchets d’une telle consommation. En outre, nous savons qu’on gaspille approximativement un tiers des aliments qui sont produits, et « que lorsque l’on jette de la nourriture, c’est comme si l’on volait la nourriture à la table du pauvre ». [29] De toute façon, il est certain qu’il faut prêter attention au déséquilibre de la distribution de la population sur le territoire, tant au niveau national qu’au niveau global, parce que l’augmentation de la consommation conduirait à des situations régionales complexes, à cause des combinaisons de problèmes liés à la pollution environnementale, au transport, au traitement des déchets, à la perte de ressources et à la qualité de vie, entre autres.

http://www.vatican.va/content/francesco/fr/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html

Voilà ce que je retiens de notre temps de relecture. Nous avons pensé qu'il faut que chacun prenne d’abord conscience de l'urgence de la situation écologique. Ensuite nous nous sommes dit que chacun fasse les gestes qui lui sont possible afin de limiter l'évolution de la situation. Nous avons reconnu que cela demanderait quelques compromis sur notre manière de vivre au quotidien. Enfin nous nous sommes  dit  qu’il serait bon de partager nos idées autour de nous.

Ensuite nous avons partagé un bon repas et puis nous avons dansé ensemble avant de nous quitter.

Nous avons passé un très beau moment de partage. J'ai pu apprendre à connaître de nouvelles personnes et échanger avec eux. Ça a été enrichissant.

Zélie Poddevin

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article