Rm 13, 8-10 La dette de l'amour mutuel

Publié le par Paul C.

Lecture Priante de la 2ème lecture du 23ème dimanche ordinaire année A

Lectio Divina

Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :

comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce

 

Lettre de saint Paul apôtre aux Romains (13, 8-10)
Frères, n’ayez de dette envers personne, sauf la dette de l'amour mutuel, car celui qui aime les autres
a parfaitement accompli la Loi. La Loi dit :Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas de vol, tu ne convoiteras pas. Ces commandements et tous les autres se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L'amour ne fait rien de mal au prochain. Donc le plein accomplissement de la Loi, c'est l'amour.

 

Dimanche dernier, l'apôtre Paul m'invitait à "l'adoration véritable", au vrai culte à rendre à Dieu, en ne  se basant pas sur le "je fais comme tout le monde", mais en cherchant le désir de Dieu pour moi, un Dieu-Tendresse. Dans la suite (non lue), Paul applique cela à la vie de la communauté chrétienne et à la vie sociale : plusieurs membres en un seul corps : membres les uns des autres, chacun pour sa part… Autant que possible, pour ce qui dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes...  Rendez à chacun ce qui lui est dû...

 

Aucune dette envers personne, sauf la dette de l'amour mutuel. Autrement dit : Vous ne devez à autrui que l'amour. Dans le texte grec originel, c'est le mot "agapé", l'amour, la charité à son degré suprême, qui n'attend pas une réponse, l'amour totalement gratuit, plus fort que l'amitié ou les sentiments,  ou que le simple vivre ensemble. C'est l'observance de la Loi avec un "L" majuscule, la Torah juive où, avant Jésus, l'essentiel était déjà dans les Commandements, dont Paul cite quelques exemples et surtout le commandement qui englobe tous les autres et leur sert de cadre : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Penser à la scène évangélique dite du "jeune homme riche" (Mathieu 19,16-22) : cet homme pense avoir bien observé la Loi et il est certainement sincère et pas hypocrite. Jésus lui propose un "plus" : Si tu veux être parfait, va, vends

 

C'est le plein accomplissement de la Loi... Jésus a déclaré : N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes: je ne suis pas venu abolir, mais accomplir." Un accomplissement, une plénitude, un sommet de ce que le Seigneur désire pour moi. Le Seigneur a un désir personnalisé pour chacun de nous, pour moi, adapté à moi. Et la route vers l'accomplissement de ce désir, c'est l'amour, en particulier l'amour du prochain. Je n'oublie pas la fameuse scène qu'on appelle le Jugement Dernier (Mathieu 25,31-46), et qu'on pourrait aussi nommer la Grande Illumination Finale, ou la Grande Révélation Finale, où je vois le Seigneur me regarder essentiellement et en profondeur sur ce que j'ai fait envers les autres, et sur ce que ne j'ai pas fait. Bien des chemins s'en vont vers cette accomplissement, vers cette plénitude de vie, chez les croyants de toutes sortes et chez les non-croyants, selon les aléas de l'histoire de chacun.

 

Dans cette lecture de prière, tout en comprenant le mieux possible le texte, je m'interroge sur sa répercussion en moi, je prie avec des mercis et des demandes, pour moi et pour d'autres. Dans la première lecture, le Seigneur dit au prophète Ezéchiel : Je fais de toi un guetteur. Pour lui, être guetteur, c'est être attentif à l'autre, proche ou lointain… Dans le psaume : Aujourd'hui, écouterez-vous sa parole ? Ne fermez pas votre cœur… Dans l'évangile, Mathieu cite des paroles de Jésus sur l'attitude particulière d'amour qu'on peut avoir, dans certains cas, envers un membre de la communauté. Puis il y a une invitation à se réunir pour prier ensemble, en situation d'amour : Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux. Je le comprends pour la prière, je peux aussi le comprendre pour l'action.

Paul C.

JF Kieffer, Mille images d’Évangile , Presse d’Île de France

Commenter cet article