Paroisse Colomiers

4 novembre : fête de St Charles Borromée - Bonne fête à Charles de Llobet !

L’histoire vécue et racontée de la chapelle Sainte Bernadette à Colomiers

par  P. Charles de Llobet

Même au milieu des périodes anxiogènes, comme celles que nous subissons, il y a des événements qui nous permettent d’espérer et de nous réjouir.

Le 14 octobre dernier la Municipalité de Colomiers et l’Association diocésaine ont signé deux baux : un bail  pour la chapelle Ste Bernadette et un autre pour le 85 de la Rue Gilet, et cela pour une durée de 70 ans. Oui, nous pouvons nous réjouir, car cela n’a pas été sans mal pour aboutir à cet accord.

 Je résumerai rapidement les péripéties fastidieuses de cet accord pour parler plutôt de ce qui m’a marqué durant mes 48 ans de présence à Colomiers en tant que prêtre surtout à Ste Bernadette, c’est là que j’ai dit ma première messe sur la paroisse.

Dans les années 60, Colomiers est en plein essor, de 2000 habitants on passe à  8000 en 1965, 15000 en 1972. L’Archevêché pense qu’il est temps de bâtir une église. La Société Immobilière de Colomiers établit un bail pour un terrain elle pourra être construite : terrain situé entre la gendarmerie et l’entreprise Morzelle (qui déménagera d’abord allée de Comminges puis à En-Jacca), autour il n’y avait aucun bâtiment : pas  de « Plein-Centre, pas de Mairie ». A l’époque on se préoccupe  à viabiliser la future ville : boulevards, la traversée de Colomiers à 4 voies, les ronds-points (avec priorité à droite jusqu’en l’an 2000).

En 1975, le Maire propose d’attendre, pour renouveler le bail, que le terrain revienne à la mairie, ce qui sera fait en 1995. En 2008, la mairie propose, soit la vente du terrain, soit un bail emphytéotique, un bail est signé pour 70 ans pour Ste Bernadette. D’autre part, le bail que nous avions pour le 85 arrive à terme dans peu de temps. Nous avons obtenu que les baux soient de la  même durée, à partir de cette année. On peut remercier Me le Maire et le Conseil Municipal d’avoir répondu favorablement à notre demande.

Pourquoi le nom de « Bernadette », alors que beaucoup souhaitait qu’elle soit  dédiée à Marie. Mgr Garonne, alors archevêque, a laissé entendre qu’il y avait beaucoup d’églises qui  lui étaient dédiées. Jean Laffargue, curé de cette nouvelle paroisse « Colomiers-Ville Nouvelle, en pensant à sa nièce Bernadette, a donné ce nom à la chapelle. On restait dans la sphère mariale, puisque nous n’étions pas loin de Lourdes.

Vous avez tous remarqué  la Vierge et Ste Bernadette stylisées en cuivre et en fer forgé. C’est l’œuvre de Jackie Toulouse (décédé le jour de Noël 2016) et de son père. Elles étaient au-dessus du sas d’entrée, en raison des travaux en vue elles ont déménagé sur le mur d’en-face depuis un an (elles sont à l’abri des courants d’air !)

La cloche : elle vient d’Algérie, si je ne trompe, d’un lieu de pèlerinage prés d’Oran : N.D. de Santa Cruz. Il y avait une forte colonie de pieds-noirs à la Cité Gascogne, on l’appelait la « cité des pieds-noirs » et Ste Bernadette « l’élise des pieds-noirs ». La cloche est restée, beaucoup de pieds-noirs sont morts ou ont déménagé, il n’y en n’a  plus guère à l’église !

Le baptistère : il a été remplacé en 2013 par un autre nettement plus beau, fait par des gens de Colomiers. Initialement c’était une sorte de vasque creusée à même le sol. Il y avait des galets et bien sûr de l’eau. Quelqu’un a eu l’idée d’y mettre des poissons rouges… l’église étant ouverte, les chats du coin venaient améliorer leur ordinaire !

La salle du fond : je n’ai pas de date précise, mais de 1976 aux années 90, elle a servi de « salle de prière » pour les musulmans jusqu’à la construction de la mosquée.

Un événement que je n’ai pas oublié : un samedi 27 septembre 1975  à 6h du matin 2 petits groupes sonnent le glas aux 2 églises. Les gendarmes viennent à Ste Bernadette la plus près de la gendarmerie. Nous leur donnons un tract intitulé « Pour qui sonne le glas » : 5 basques étaient fusillés à la même  heure à Burgos en Espagne. Ils sont repartis sans rien dire. Le soir à la messe, pas de chant ni d’homélie juste le silence et seulement les mots que nous impose la liturgie. Messe priante, prenante, impressionnante !

Mars 1981,  le Jeudi Saint, 3 éducateurs de Colomiers occupent  Ste Bernadette pour « une grève de la faim ». Le conflit avec la municipalité sera vite réglé, ils se retirent 3 jours après.

Organisation intérieure de Ste Bernadette. Louis Duffort en 1990 réaménage l’église : il déplace l’autel qui était au fond face à la porte d’entrée pour le mettre sur le côté gauche : les chaises ne sont plus alignées en rang d’oignons, mais en demi-cercle autour de l’autel, effectivement c’est nettement plus convivial.

Durant toutes ces années quelques travaux ont été faits notamment le toit, mais je crois que l’on ne voulait pas trop s’engager en raison de l’avenir de la chapelle. Maintenant le doute est résolu, d’ailleurs des travaux de rénovations  ont commencé ou sont en cours.

Certainement j’ai été un peu long. Mais on ne peut pas résumer 50 ans d’histoire en 4 lignes. Il y a encore plein de choses à dire, si chacun d’entre nous  pouvez écrire un événement qu’il a marqué, nous pourrions faire une sorte de livre d’or, pourquoi pas ?

En attendant, soyez prudents, et que Ste Bernadette nous protège !                                                                                                                                     

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article