Paroisse Colomiers

1Th 1, 5c-10 Devenir un modèle !

Lecture Priante de la 2ème lecture du 30ème dimanche ordinaire année A
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur,
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

_____________________________________________________________________________________

Première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens (1,5c-10)

Frères, vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous-mêmes, en fait, vous nous avez imités, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves, avec la joie de l’Esprit Saint.

Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de Grèce. Et ce n’est pas seulement en Macédoine et en Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout que nous n’avons pas besoin d’en parler. En effet, les gens racontent, à notre sujet, l’accueil que nous avons reçu chez vous ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable, et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

 

L'apôtre Paul achève l'introduction, que nous avons lue dimanche dernier, à sa lettre aux chrétiens de Thessalonique. Il leur décrivait son état d'esprit et l'efficacité de sa parole d'évangélisation : notre annonce de l’Évangile n’a pas été, chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude. Ces premiers croyants marchent sur les traces de Paul et de son équipe : Vous nous avez imités, nous et le Seigneur. Ce n'est pas de la vantardise, car il y a ce et le Seigneur. Paul est tellement ancré dans le Seigneur qu'il peut se permettre d'écrire cela. Accueillir la Parole ne fut pas simple, ce fut un combat, au milieu de bien des épreuves. Des combats dans le cœur de chaque personne, des dissensions entre gens d'origines humaines et religieuses diverses, en particulier juives et païennes. Au terme, la joie de l'Esprit Saint. J'ai certainement des questions à me poser, des prières à adresser au Seigneur, sur mon chemin spirituel personnel, parfois chaotique, et sur mon insertion, probablement parfois chaotique aussi, dans la diversité de ma communauté humaine, paroissiale et d’Église. Et puis-je parler de joie de l'Esprit Saint en ce qui me concerne ? Est-ce que je la demande, cette joie ?

 

Ces chrétiens sont devenus des modèles, tellement que Paul et les siens, à la limite, n'ont pas besoin d'en parler. Modèle, "type" dans le texte originel grec, c'est proche de "prototype", le premier d'où découle tous les autres. Paul dit que le chrétien de Thessalonique est le type même de tout chrétien, la figure de tout chrétien. Il en a la caractéristique de progression : conversion, rejet des idoles, accueil de la Parole de Dieu, accueil de l'autre. Il est "prototype".  Suis-je en voie de conversion, une conversion à Dieu dit Paul.? "Conversion", en grec, le fait de se "tourner" vers Dieu. Et pour cela, de quelles idoles dois-je me "détourner" dans ma vie ?  Paul a été bien accueilli à Thessalonique en tant qu'annonceur de l'Evangile, et aussi en tant que personne humaine. Comment suis-je sensible à ce genre d'accueil ? La foi des chrétiens de Paul est devenue contagieuse dans tout le pays. Et la mienne ? Avec ce que je suis, avec mon histoire, mes moyens, ma situation ?Je peux consulter, dans la première lecture de ce dimanche, dans ce vieux texte du livre de l'Exode, des pistes d'actions et de service. Et dans l'Evangile du jour, le grand commandement de l'amour ! La place de la Parole de Dieu, de la Bible, en moi ? Pour la connaître, la prier, la vivre…

 

La colère qui vient ! Dans la bible, c'est une expression habituelle pour désigner la fin des temps, ce moment mystérieux où Dieu, par Jésus, en colère contre tout ce qui fait mal à l'homme, nous en délivrera définitivement. Plus loin dans sa lettre Paul écrit : Dieu ne nous a pas destinés à subir sa colère, mais à posséder le salut par Notre Seigneur Jésus-Christ (5,9). Déjà dans l'Ancien Testament, Ezéchiel fait dire à Dieu : Prendrais-je donc plaisir à la mort du méchant ("méchant" veut dire "pécheur", dans la bible) et non pas plutôt à ce qu’il se détourne de sa conduite et qu’il vive ? (Ez.18,23). Dieu n'est pas en colère contre les personnes, car il n'est qu'amour et miséricorde.

 

Paul C.
Merci à l'auteur de l'image

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article