Paroisse Colomiers

Être bon comme du pain

Ce récit de la Création dans la Genèse, nous aimons le réentendre chaque année. Il nous rappelle la beauté, et surtout la bonté de la Création. A la fin de chaque jour, Dieu ne vit pas que c’était beau mais que c’était bon. Si la Création était seulement belle, on ne ferait que la contempler. Mais elle est bonne. Et là, il y a une idée de relation. Si la Création est bonne, c’est qu’elle nous permet d’être bons nous aussi, d’être meilleurs. Quant à l’homme et la femme, Dieu vit que c’était très bon lorsqu’il les a créés. Il nous a créés très bons, il nous a créés à son image. Au fond de nous, nous sommes très bons chacun, mais nous ne le savons pas toujours. L’image de Dieu qui est en nous a été trop souvent ternie par ce qui nous éloigne de Dieu. Et la Création aussi est abîmée, l’écologie nous le rappelle, par le manque de bonté de l’homme à son égard, lui qui a au contraire mission d’en prendre soin.

L’histoire du salut, c’est la restauration de l’image de Dieu en nous, c’est la restauration de la bonté. L’homme est capable de mettre en esclavage d’autres hommes et Dieu va libérer son peuple en s’appuyant sur Moïse, qui était un homme bon, malgré la résistance de Pharaon. Ce ne sont pas les armes qui vont gagner mais la puissance de Dieu. Ensuite au désert, Moïse recevra les tables de la loi parce que la liberté, elle doit être encadrée, dirigée. Le peuple a retrouvé la liberté, mais l’homme n’a pas toujours retrouvé la bonté.

Les prophètes sont là pour rappeler la source de la bonté. Isaïe nous dit aujourd’hui qu’elle existe dans la gratuité. « Si vous avez soif, venez… voici de l’eau… Venez sans payer ». Rappelons-nous tout ce qui est de l’ordre de la gratuité, nous qui voulons devenir meilleurs : l’amitié, l’amour, le don. « Mes pensées ne sont pas vos pensées » dit le Seigneur. « Mes chemins sont au-dessus de vos chemins ». Rappelons-nous que nous sommes images de Dieu, et que cette image, il faut aller la chercher à sa source, la source de l’amour de Dieu qui nous rend féconds.

C’est bien sûr Jésus qui est venu restaurer l’image de Dieu que nous avons un peu enfouie ou abîmée. Lui qui a toujours parlé en étant guidé par sa bonté, il a guéri, soigné, pardonné…, il a toujours fait du bien et on lui a fait du mal. Mais aujourd’hui il est vivant, il est ressuscité ! Le tombeau est vide, et il a donné rendez-vous à ses disciples en Galilée. Ce sont les femmes, les deux Marie et Salomé qui ont reçu le message de l’ange. Leur deuil et leur tristesse vont se transformer en une grande joie. Les apôtres seront un peu incrédules au début, mais eux aussi éprouveront une grande joie quand Jésus leur apparaîtra. Jésus est vivant, il veut nous habiter. Il veut vivre en nous, c’est le grand mystère du baptême et de la communion. A nous de l’accueillir. Nous ne sommes pas seulement créés à l’image de Dieu, nous sommes habités par Dieu, nous sommes le Corps du Christ.

Nous connaissons l’expression « être bon comme du pain ». Soyons bons comme le Pain de Dieu, le Pain de Vie, le Corps du Christ. Que notre vie chrétienne soit un reflet de la bonté de Dieu, nous qui habitons la Galilée d’aujourd’hui, le carrefour des nations avec tous ses défis, celui de la migration et du métissage des peuples, celui de l’écologie et de la sauvegarde de la Création, celui de la bioéthique et de la dignité de la vie humaine du début à la fin. Enfin celui de la foi : à nous d’être les témoins d’un Dieu qui nous aime jusqu’à donner sa vie pour nous.

Père Jean-Christophe Cabanis

Merci CoopBelsud pour cette image

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article