1er Dimanche de Carême B

Cet évangile est court. St Marc ne raconte pas beaucoup ce qui s’est passé pour Jésus durant ces 40 jours au désert. Il dit quand même l’essentiel. Il commence en disant qu’après son baptême, Jésus a été poussé au désert par l’Esprit. Nous retrouvons la Trinité, comme au baptême de Jésus où la voix du Père a retenti, et au désert, Jésus va retrouver son Père, poussé par l’Esprit. Il prépare sa mission, il fait le plein d’amour, même si son Père sera ensuite avec lui tous les jours, il le retrouvera dans la prière. Jésus est tenté par Satan. Satan, c’est l’adversaire, c’est aussi celui qui divise, le diable. Jésus est uni à son père et c’est cela qui l’empêche d’être divisé par Satan. Jésus est vainqueur de Satan, et c’est en cela qu’il nous sauve, parce que nous, nous sommes parfois divisés. Divisés à l’intérieur de nous-mêmes, divisés entre nous ou adversaires les uns des autres. Jésus est venu nous unifier, nous réconcilier avec nous-mêmes et aussi avec la Création. Au désert, Jésus est en harmonie avec les bêtes sauvages. Son combat avec le diviseur permet à toute la Création d’être réconciliée. St François d’Assise l’avait bien compris, lui qui parlait même au loup, la bête sauvage qui faisait si peur. Après ces 40 jours, Jésus part aussitôt pour la Galilée et pour annoncer la Bonne Nouvelle : le Royaume des Cieux est tout proche. Le combat intérieur est gagné et la mission de Jésus peut commencer, toujours poussé par l’Esprit.

Cela nous parle beaucoup, nous qui sommes baptisés, habités par l’Esprit-Saint et envoyés en mission. Notre mission, c’est d’être témoins d’un Dieu qui nous aime et qui nous sauve. Mais pour être témoin, il faut être uni au Père, avec Jésus. Il faut que notre cœur soit uni. Le Carême, 40 jours, est un temps privilégié pour accueillir la Parole de Dieu. Et cette parole parle à notre cœur, le renforce, et lui permet de lutter contre le Tentateur. Le Carême est un temps de réconciliation. « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » nous a dit St Paul au mercredi des Cendres. Et ensuite, nous sommes attendus pour annoncer que Dieu est bien vivant, qu’il n’oublie pas notre monde, surtout quand il est malade, qu’il nous aime tous comme un Père et fait alliance avec ses enfants.

Nous avons aussi entendu le beau récit de la fin du Déluge et de l’arc-en-ciel qui est le symbole de l’Alliance. Noé a été reconnu juste et grâce à lui, l’humanité est sauvée. Ils sont 8 dans l’arche : Noé, son épouse et leurs trois enfants avec leurs épouses. 7 était le chiffre de la Création, 8 est celui de la nouvelle Création. Le chiffre 8 annonce déjà la résurrection du Christ qui inaugure la nouvelle Création. Et puis il y a bien sûr tous les couples d’animaux qui sont sauvés, qui permettent à chaque espèce de continuer à exister. Le Déluge avait lui aussi duré 40 jours avant de s’arrêter pour la décrue.

Nous sommes tous responsables de cette alliance entre Dieu et les hommes et aussi avec toute la Création. L’arc-en-ciel réunit le ciel et la terre et il est magnifique avec toutes ses couleurs. Tout le travail d’union, de réconciliation que nous pouvons mener, en commençant par nos cœurs et avec toutes nos relations, ce travail d’union, d’unité, participe à un monde qui sort du déluge, un monde de paix. Soyons dignes de notre baptême, soyons dignes d’être des fils et des filles de Dieu.

P. Jean-Christophe Cabanis

Gn 9, 8-15 ; Ps 24 (25), 4-5ab, 6-7bc, 8-9 ; 1 P 3, 18-22 ; Mc 1, 12-15

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article