Colomiers

Vol au-dessus de l'Eglise Sainte Radegonde de Colomiers
Intention de prière de messe

 

 

Lourdes - Grotte en direct

 

Publié par P. Jean-Christophe Cabanis

Nous sommes heureux d’entendre encore un récit de la nativité de Jésus à Bethléem. Avec en particulier la place des bergers. Ils se hâtent d’aller voir Jésus nouveau-né parce que les anges leur ont annoncé qu’il est le Sauveur. Ils répandent cette bonne nouvelle autour d’eux, ce sont les premiers missionnaires ! Et ils louent et glorifient Dieu à pleine voix. Ils sont un bel exemple de foi : ils se mettent en marche dans la nuit, sont dans la prière et le partage de leur foi. Jésus est silencieux comme un nouveau-né, mais il est sûrement rayonnant, il procure déjà beaucoup de joie.

Merci à l'auteur de cette image

Marie est silencieuse aussi. St Luc nous dit qu’elle médite les évènements dans son cœur. Elle vit le moment présent, la naissance de son fils Jésus avec joie, même si la naissance n’a pas été facile à Bethléem. Mais elle se prépare déjà à l’avenir. La méditation permet de construire l’avenir à partir de tout ce qui est déjà donné dans le présent. Marie va être guidée par sa foi juive pour présenter Jésus à la circoncision le 8ème jour. Elle est la mère de Jésus et sera aussi sa disciple, elle le suivra jusqu’à la croix, jusqu’à la résurrection. Et à la Pentecôte, elle sera présente avec les apôtres lorsque l’Esprit-Saint descendra sur eux. Elle a donné naissance à Jésus, a participé à la naissance de l’Eglise, elle est bien notre mère. Elle nous apprend à accueillir Jésus, à le suivre, et aussi à méditer. Méditer en particulier la Parole de Dieu.

Elle nous apprend à être des fils et des filles de Dieu. C’est ce que nous dit St Paul, qui ne nomme pas Marie, mais qui dit que Jésus est né d’une femme. Elle a reçu l’Esprit-Saint et nous aide à le recevoir et à devenir des fils et des filles de Dieu. St Paul nous dit aussi que nous sommes héritiers. L’héritage, Jésus nous dira que c’est le Royaume de Dieu. Accueillir Jésus, accueillir son Esprit, c’est être héritiers du Royaume, c’est-à-dire en prendre soin. Respecter sa loi qui est celle de l’amour inconditionnel, l’amour du prochain en particulier du plus petit.

Dans la 1ère lecture des Nombres et dans le psaume, j’aime bien cette insistance sur le visage : Il s’agit du visage du Seigneur. « Que son visage s’illumine pour nous ». « Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage ». Le visage du Seigneur, on a de la peine à l’imaginer. Pourtant, son visage a été donné à voir à travers Jésus. Et si nous avons part à l’Esprit de Jésus, c’est que nos visages peuvent aussi refléter le visage de Dieu. Alors, que nous ayons infiniment de respect les uns pour les autres, rien qu’en considérant la beauté du visage de l’autre qui nous dit quelque chose du visage de Dieu. Et que nos visages soient rayonnants, en particulier par le sourire.

Le visage de Dieu est porteur de paix. L’Eglise a fait du 1er janvier une journée de la paix. Jésus est venu désarmé pour apporter une paix qui passe par les cœurs. Le psaume insiste sur le fait que la paix et la bénédiction gagnent toutes les nations. Puisque le 1er janvier est le jour des souhaits et des résolutions, nous souhaitons tous la paix dans le monde, à commencer par l’Ukraine. Commençons par être nous-mêmes des acteurs de paix et de réconciliation autour de nous, en tant que filles et fils de Dieu.

Moïse insiste dans le livre des Nombres sur la bénédiction de Dieu. Être béni, c’est être accompagné par Dieu dans la direction du bien. Nous sommes heureux d’être bénis depuis notre naissance et notre baptême, nous pouvons nous aussi bénir, c'est-à-dire vouloir du bien pour les autres et leur faire du bien. Que cette année soit celle du bien, que le mal soit poussé dans ses retranchements grâce à l’accueil que nous faisons de Jésus Sauveur avec Marie sa mère et notre Mère.

P. Jean-Christophe Cabanis
Nb 6, 22-27 ; Ps 66 (67), 2-3, 5, 6.8 ; Ga 4, 4-7 ; Lc 2, 16-21
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article