2Co 5, 6-10 En Dieu, ma demeure, mon vêtement

Lecture Priante de la 2ème lecture du 11me dimanche ordinaire année B
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur,
pour comprendre ce texte, pour me l'appliquer,
pour le prier et pour vivre dans sa grâce.
Deuxième lettre de saint Paul aux Corinthiens (5,6-10)
Nous gardons toujours confiance, tout en sachant que nous demeurons loin du Seigneur, tant que nous demeurons dans ce corps ; en effet, nous cheminons dans la foi, non dans la claire vision. Oui, nous avons confiance, et nous voudrions plutôt quitter la demeure de ce corps pour demeurer près du Seigneur. Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors, notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps.
Il est souvent utile de situer un texte biblique de la liturgie dans son contexte, de lire les versets précédents non cités dans le découpage liturgique. Au début de ce chapitre 5 Paul entremêle deux images pour nous parler de notre destinée : notre corps est une "demeure", il est aussi un "vêtement". Nous sommes en route vers une demeure éternelle. Nous désirons fortement nous "revêtir" de cette demeure éternelle. Mais cela ne se fait pas facilement : "nous qui sommes dans cette tente, notre corps, nous sommes accablés et nous gémissons, car nous ne voudrions pas nous dévêtir, mais revêtir un vêtement par-dessus l’autre, pour que notre être mortel soit absorbé par la vie. Celui qui nous a formés pour cela même, c’est Dieu, lui qui nous a donné l’Esprit comme première avance sur ses dons". Désirer la demeure éternelle en Dieu, mais aussi désirer rester dans la demeure terrestre. Le Paradis, oui, mais le plus tard possible ! Ou les deux ensemble ! Soyons sérieux, Dieu nous a fait ainsi, notre vie va vers la mort, mais il y a en nous comme un instinct, conscient ou inconscient, qui nous oriente vers une vie sans limite. Et, pour Paul, cet instinct est un don de Dieu et il s'appelle l'Esprit Saint, et il est comme le début de la vie sans limite en Dieu.
Et nous en arrivons à notre extrait. Je remarque une tension entre "nous demeurons loin du Seigneur" actuellement dans notre corps terrestre et un désir de "quitter la demeure de ce corps pour demeurer près du Seigneur". Une tension entre le présent et le futur. La réconciliation entre ces deux situations réside dans le mot "confiance", Paul le dit deux fois. "Nous cheminons dans la foi". La "claire vision de Dieu", cela viendra, faisons confiance au Seigneur. Et vivons notre actualité, tout simplement, "dans la foi", avant d'être "à découvert" devant le Christ, "déshabillé" de notre actualité terrestre.
Notre projet actuel, le voilà, dit Paul : "notre ambition, c’est de plaire au Seigneur". Plaire au Seigneur, c'est l'écouter, c'est mettre notre boussole vers lui. Selon la formulation de la prière pénitentielle d'ouverture de la messe, le "Je confesse à Dieu", c'est travailler constamment pour ne pas tomber dans le péché en pensée, en parole, par action et par omission. Dit positivement : penser, parler, agir, ne pas "oublier" une action possible…
Ma prière avec ce texte ? Relire, m'arrêter sur certaines expressions… Je peux m'aider de la première lecture de ce dimanche (Ezéchiel 17,22s) qui est une parabole d'espérance, de confiance dans le Seigneur qui redonne vie au "grand cèdre" que chacun de nous est. Et le psaume 91 enfonce le clou : "Le juste grandira comme un palmier, il poussera comme un cèdre du Liban". L'Evangile de Marc 4,26s. me fait méditer sur la fécondité de toute graine : fécondité du "règne de Dieu", du peuple de Dieu, de son Eglise, et fécondité de celui qui met sa foi dans le Seigneur (ou dans l'humanité à épanouir en lui et autour de lui). Grande leçon de confiance, la présence de Dieu germe irrésistiblement.
Paul C.
image
http://laurent.assouad.com/files/2013/02/vision-versus-ux-design-futur-present.gif

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article