21ème Dimanche B

Nous entendons la fin du discours sur le Pain de Vie que nous avons suivi durant un mois, c’est le chapitre 6 de St Jean. La foule qui avait été rassasiée de pain a suivi Jésus sur une autre rive du lac, mais au fur et à mesure du discours, les gens s’en vont. Ils ne comprennent pas les paroles de Jésus quand il leur dit que c’est sa chair qu’il donne en nourriture.

Les Douze, eux, restent, pourtant ils n’ont sûrement pas très bien compris, mais ce qu’ils savent, c’est qu’ils sont attachés à Jésus : « A qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » dit Pierre. Le pain de vie qui est celui de l’eucharistie, ils ne le comprendront qu’après le Jeudi Saint, le dernier repas où Jésus dira à ses amis en désignant le pain : « Ceci est mon corps, prenez et mangez ». Ils ne le comprendront qu’après la résurrection de Jésus, lorsqu’ils se retrouveront pour prier autour de la fraction du pain. Le mystère de l’eucharistie a construit l’Eglise depuis 2000 ans. C’est un mystère qui nous dépasse, la présence du Christ dans le pain et le vin consacrés, mais c’est cela qui nourrit notre cœur et notre foi. Les paroles de Pierre, nous les reprenons à notre compte : « A qui irions-nous Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle. Nous croyons que tu es le Saint de Dieu ». Pierre a bien compris que ce sont les paroles de Jésus qui sont nourrissantes. L’eucharistie, c’est à la fois la nourriture de la Parole de Dieu et celle du Corps du Christ.

Le discours sur le Pain de Vie n’est pas vraiment un discours, parce que suivre Jésus, c’est avant tout une expérience. Une expérience d’amour. Jésus appelle les Douze ses amis. Et s’il donne son corps en nourriture, c’est qu’il va jusqu’au bout de son amour pour les hommes en donnant sa vie. Etre nourri du Corps du Christ, c’est être rassasié de son amour, pour porter son amour au monde. Communier est une grande responsabilité : c’est recevoir l’amour du Christ et en être témoin, aimer en son nom.

St Paul développe ce discours en disant que c’est l’Eglise qui forme le Corps du Christ. Nous sommes tous les membres de ce Corps, membres complémentaires et indispensables comme sont complémentaires et indispensables l’homme et la femme au sein d’un couple. Le mari et la femme ont chacun leur place, mais c’est un même amour qui les unit. L’homme n’est pas supérieur à la femme, même si le mot « soumission » employé par St Paul n’est pas très heureux. Ils sont égaux aux yeux de Dieu qui les a créés homme et femme pour qu’ils soient unis car « tous deux ne feront plus qu’un ». Nous devons participer à une Eglise où l’homme et la femme soient à égalité au niveau des responsabilités. Où le mariage soit toujours mieux compris comme le lieu où le Christ se révèle, où il veut demeurer. Où le mari et la femme doivent s’aimer en donnant leur vie à l’autre comme Jésus donne sa vie à l’Eglise et au monde ; en donnant la vie à des enfants et en les faisant grandir dans le commandement de l’amour de Dieu et de son prochain.

La première lecture, du livre de Josué, nous rappelle que la foi est un choix. Josué pose la question au peuple assemblé à Sichem qui vient de traverser le désert durant 40 ans et qui s’installe en Terre Promise : Qui veulent-ils servir ? Les dieux au-delà de l’Euphrate, le dieu des Amorites, ou le Seigneur qui les a fait monter du pays d’Egypte ? Le peuple répond comme Pierre : « Le Seigneur, c’est lui notre Dieu ».

Que notre foi nous fasse faire le bon choix : celui de quitter les dieux de la consommation, de la facilité, du chacun pour soi, et choisir Celui qui nous a choisis le premier pour le suivre, pour nous nourrir de son amour, que ce soit dans le mariage ou dans nos différents états de vie. Que l’eucharistie nous nourrisse et nous unisse toujours plus pour porter le Pain de Dieu au monde, pour donner un horizon au monde, celui du Royaume de Dieu et de la vie éternelle.

P. Jean-Christophe Cabanis

Jos 24, 1-2a.15-17.18b ; Ps 33 (34), 2-3, 16-17, 20-21, 22-23 ; Ep 5, 21-32 ; Jn 6, 60-69

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article