Publié par P. Jean-Christophe Cabanis

(https://paroissecolomiers.com/rentree-paroissiale2022.html)

Nous connaissons bien ce passage du Buisson ardent choisi pour ce dimanche autour de la Création. Moïse gardait les moutons et il a reçu un appel de Dieu. Un appel pour libérer son peuple qui était opprimé par les Egyptiens. Cet appel s’est fait à partir d’une voix qui provenait d’un buisson enflammé. Mais ce feu ne se propageait pas, il ne détruisait rien, il était là pour donner un signe. Le Seigneur qui parle demande à Moïse de s’approcher et d’enlever ses sandales parce que c’est une terre sacrée. Et le cri est à la fois celui de la Création et celui des hommes qui sont opprimés. Or cette terre est sacrée, il est demandé à Moïse d’enlever ses sandales pour ne pas la piétiner, pour ne pas l’abîmer. Pour nous rendre compte qu’elle est sacrée, nous pouvons l’admirer, nous émerveiller. La Création est belle et bonne, et c’est dommage que nous l’abimions. Alors nous pouvons tous nous demander qu’est-ce que nous pouvons faire, chacun ou ensemble, pour préserver la Création, pour le défendre. Et puis Moïse, c’est chacun d’entre nous. Dieu nous appelle. Il compte sur nous pour une mission particulière, pour une aventure qui se vit ensemble, en peuple, et qui est au nom de la justice, de la liberté.

Alors nous avons entendu l’évangile. Il est étonnant cet évangile parce que l’intendant qui n’a plus la confiance de son maître, semble félicité parce qu’il est habile. Par son intelligence, il se sort d’une situation qui semblait être une impasse. Le maître met en valeur l’intelligence, mais il condamne la malhonnêteté.

L’argent est au service de notre vie mais il n’est pas notre maître. Ce n’est pas lui qui doit nous montrer le chemin, par exemple le chemin de gagner toujours plus d’argent. Notre maître c’est Jésus parce qu’il nous donne un enseignement qui nous aide à vivre, qui nous fait avancer, qui nous fait aller vers les autres, qui nous aide à construire notre vie de façon solide et notre monde de façon solidaire.

L’argent, si on en fait notre maître, c’est de cette façon que la Création est abîmée, sacrifiée. La Création, nous avons à la protéger, à la contempler, à en goûter les fruits et à la travailler mais pas à l’exploiter. La Création, c’est une relation fraternelle que nous devons avoir avec elle, et pas une relation de maître à esclave.

Jésus loue l’habileté de l’intendant, son intelligence. Notre intelligence, nous devons la mettre au service d’un projet collectif, celui d’une terre destinée à tous, la terre des hommes. L’argent, nous en avons besoin pour vivre, mais notre richesse, elle est intérieure. Elle est dans les dons que nous avons reçus. Elle est dans notre relation avec Jésus qui nous enrichit de son amour. Elle est dans l’amour que nous recevons de nos familles et aussi de la communauté chrétienne.

Que notre paroisse, dont c’est la rentrée aujourd’hui, soit un lieu enrichissant pour tous, dans la connaissance de la Parole de Dieu, dans la connaissance de l’autre, dans les projets que nous avons tous ensemble en faveur de la Création en particulier.

Jésus n’était pas riche d’argent et il était du côté des pauvres. Prenons exemple sur lui pour vivre le partage, la solidarité, à partir de l’appel que nous recevons tous depuis le buisson en feu de Dieu qui enflamme notre cœur.

P.J.C. Cabanis

Merci à l'auteur de cette image

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article