Colomiers

Vol au-dessus de l'Eglise Sainte Radegonde de Colomiers
Intention de prière de messe

 

 

Lourdes - Grotte en direct

 

Publié par P. Jean-Christophe Cabanis

Cet évangile parle du scandale de la mauvaise répartition des richesses. Il y a un abîme entre le riche qui fait des festins somptueux chaque jour et Lazare qui n’a rien, et qui ne peut même pas récolter les miettes de la table du riche. Cet évangile dénonce une situation d’injustice qui traverse les siècles mais qui est peut-être encore plus criante aujourd’hui parce qu’on dit que le fossé entre riches et pauvres se creuse.
Merci à l'auteur de cette photo

 

Le riche n’a pas de prénom dans l’évangile. On ne reconnait que sa classe sociale et son comportement. Alors que le pauvre s’appelle Lazare, il sera accueilli par Abraham après sa mort. Il a une identité, il est lui-même, et il est aimé pour cela.
L’évangile dénonce une injustice sociale qui nous fait penser à ce que vivent les migrants qui changent de pays parce qu’ils sont chassés du leur à cause de raisons économiques, climatiques, ou de guerres. Ils viennent récolter quelques miettes et on ne les regarde pas souvent. On peut ignorer aussi ceux qui vivent dans la rue, s’habituer à leur situation qui est scandaleuse.
Il y a peut-être d’autres richesses qu’on ne veut pas partager, on préfère rester avec ceux et celles qu’on connaît sans ouvrir la porte à ceux et celles qui sont en quête d’amitié, de fraternité. Notre Eglise peut elle-même être dans l’entre-soi et ignorer ceux qui sont sur le seuil et pourraient la déranger. C’est vrai aussi qu’il y a beaucoup de chrétiens qui ouvrent leur porte, qui ne sont pas dans les dépenses inutiles et dans l’entre-soi, mais qui vivent la sobriété et accueillent comme des frères et sœurs tous les Lazare qui sont des accidentés de la vie mais qui ont peut-être plus de richesse intérieure que ceux qui ferment leur porte et leur cœur.
Jésus se situe du côté du pauvre. En accueillant Lazare, c’est lui qu’on accueille. Jésus est né dans une crèche parce qu’il n’y avait pas de place pour lui dans une maison plus confortable. Il a connu la condition de migrant avec ses parents en Egypte. Jésus a connu la prison lorsqu’il a été arrêté injustement. Et il nous attend dans les lieux d’injustice, de pauvreté. Non pas pour avoir bonne conscience, mais pour nous remplir de son amour à partir du cœur des plus pauvres.
Amos a un langage un peu brut pour dénoncer les injustices de son époque : il dénonce ceux qui sont « vautrés ». Ils ne construisent rien, au contraire ils vont vers la destruction d’Israël, vers la déportation. Le prophète annonce l’avenir. Que notre attitude de prophètes annonce un monde de justice et de fraternité, en sortant de nos canapés comme nous y invite aussi le pape François.
St Paul évoque aussi l’avenir dans sa lettre à Timothée. Pour lui, l’avenir c’est la vie éternelle. Et il a cette belle expression : « Empare-toi de la vie éternelle ». La vie éternelle, ce n’est pas que ce qui se passera après la mort. Elle commence dès ici-bas, dès notre baptême. La vie éternelle, il faut s’en emparer, la prendre à bras-le-corps, se laisser saisir par le Christ, parce que la vie éternelle, c’est vivre éternellement avec lui, dans son amour.
Merci à l'auteur de cette image

 

Et cet amour, St Paul le décline en disant qu’un homme (une femme) de Dieu doit rechercher la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur. La vie éternelle, la vie chrétienne, c’est une recherche de justice, c’est un approfondissement de sa foi, c’est un apprentissage de l’amour par la douceur et la patience. Suivons ces conseils de St Paul, laissons-nous saisir par le Christ qui nous surprend en particulier à partir des plus pauvres que nous rencontrons. Participons à une Eglise où il n’y a personne qu’on laisse à la porte, mais qui se laisse enseigner par tous les Lazare qui sont les laissés-pour-compte de notre société, mais qui nous précèdent dans le Royaume de l’amour.
P. Jean-Christophe Cabanis
Am 6, 1a.4-7 ; Ps 145 (146), 6c.7, 8.9a, 9bc-10 ; 1 Tm 6, 11-16 ; Lc 16, 19-31
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article