Petite prière pour l'Unité chrétienne

D'abord, un grand bonjour à ceux qui attendaient le « compte-rendu » de  la messe du dimanche, écrit par Anne D. Pour  ce dimanche, Anne D. ne pouvait assumer cette tâche. Sachez qu’elle sera heureuse de vous servir, une autre fois.  

Je désire partager avec vous ce que m’a inspiré ma participation à la messe de 10h30 du dimanche 18 janvier 2015.

Le Père Jean-François, notre curé,  a ouvert la célébration en questionnant  l’assemblée : pour vous, quels sont les mots spontanés, gênant lorsque vous entendez  parler  de l’immigration, des immigrants. Et des doigts se sont levés. Il y a eu pas mal de réponses. Parmi elles, une question, à voix basse, mais je l'ai entendue : « Mais au  fait, pourquoi parle-t-on des étrangers ? » C’est que le 18 janvier 2015, c’est la journée mondiale du migrant et du réfugié.

Mais, les textes liturgiques de ce dimanche  tournent  autour de l’appel, et de l’invitation. Et savez-vous que  ce dimanche est aussi le premier jour  la semaine de prière de l’Unité chrétienne ? Alors cela fait un dimanche très riche en événements, en possibilités de réflexions…

Pour l’appel, remarquons qu’il y a plusieurs types d’appels : l’appel de Lévy (évangile de la messe du samedi 17 janvier :  Jn 1, 35-42), l’appel de Samuel  (1ère lecture de ce dimanche : 1 S 3, 3b-10.19)…  L’appel vient toujours de la part de Dieu. Dieu fait le premier pas dans chaque appel. Il est Celui qui est et qui peut donner à l’autre alors de dire « me voici ». Dieu appelle tout homme, Il ne l’appelle jamais au hasard ou par hasard. Il appelle chacun par son prénom directement comme il a appelé Lévy, le jeune Samuel en pleine nuit mais aussi par l’intermédiaire de quelqu’un… comme dans l’Evangile avec Jean le Baptiste pour André et l’autre disciple… et ensuite par André pour son frère Simon (Jn 1, 35-42)… Chaque être est créé par Dieu, est désiré par lui. Dieu ne nous a jamais créés pour rien. Chacun de nous a une place dans son projet de création et de rédemption. Tout homme est concerné par cet appel. Cet appel n’est pas une fois pour toute, mais il se renouvelle, tout au long de la vie de chacun en lien avec le monde tel qu’il est et qui évolue. Dieu appelle quand il veut et comme il le veut.  C’est à nous de « tendre l’oreille » pour l’entendre, de prendre le temps pour bien discerner son appel et, à la fin, nous sommes toujours libres d’y répondre ou non. Ne pensez pas tout de suite aux appels spécifiques au sein de l’Eglise, tels que : les consacrés, les prêtres, les religieux ou encore l’appel au mariage chrétien … Mais il s’agit simplement de l’appel pour chaque être à devenir vraiment humain, une créature libre et répondante de Dieu, de savoir être digne et responsable face à la vie reçue…

Ce matin, les paroissiens, d’origines étrangères : d’Europe, d’Amérique du Sud, d’Afrique ou d’Asie… dont certains ne maîtrisent pas très bien la langue française ou gardent encore très fort l’accent de leur pays natal, ils ont répondu à l’appel, à l’invitation du Christ pour être présents à son Eucharistie.  Qui  sont les étrangers parmi nous ? N’oublions jamais que chaque chrétien est un étranger (pèlerin) pour l’autre, et un voyageur de passage sur terre.  En plus, nous croyons qu’il n’y a qu’un seul Dieu. Malheureusement, les divisions, les séparations existent depuis toujours entre les chrétiens comme ne cesse de le dire Saint Paul. Comment peut-on aller vers l’Unité que Dieu veut, cette unité qui est un don de Dieu ?

Une histoire très récente autour de l’attentat à la porte des Vincennes, Paris : Lassana Bathily, malien, musulman de 24 ans, employé au magasin Cacher, a sauvé la vie d’une quinzaine de personnes. Cet acte doit nous faire réfléchir. Face au danger de mort, Lassana a oublié sa place d’un modeste étranger effacé et il a surgi libre et il a ainsi sauvé une quinzaine de vies humaines.

Pendant cette semaine de prière de l’Unité pour les chrétiens, que chacun ose demander à Dieu de lui faire entendre son appel : « Seigneur, que dois-je faire aujourd’hui, selon ce que tu veux, pour mes proches … mais aussi pour les étrangers que je croise dans mon quartier, dans mon immeuble, au travail ?... Quelle est ma juste attitude envers ceux qui ne Te confessent pas comme moi je le fais ? Donne-moi de savoir où se trouve ta demeure ? Seigneur, donne-moi ton Esprit qui m’aide à discerner ton appel dans ma situation présente pour mieux te répondre ! Que ta force et ton courage envahissent mon corps et mon âme ; qu’ils me fassent  vivre pleinement avec les autres en me mettant au  service de mes  frères ! Amen. »

(Merci au Curé pour son homélie)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

E.R. 20/01/2015 15:07

Merci Kim pour tes commentaires et analyse des textes de ce dimanche ..
J'ai vraiment apprécié car je n'avez puassister à cette messe..