Colomiers

Vol au-dessus de l'Eglise Sainte Radegonde de Colomiers
Intention de prière de messe

 

 

Lourdes - Grotte en direct

 

Publié par Pascal Desbois

         L’histoire de la rencontre de Jésus et Zachée est un passage qui marque les esprits en général. C’est un récit d’une grande pureté et on s’en souvient facilement, les enfants l’aiment beaucoup ! C’est peut-être parce que cette simplicité enfantine fait écho à notre propre enfance ! Le prénom Zachée vient d’un mot hébreu qui signifie « pur ».

         A première vue, on ne peut pas dire que Zachée : le collecteur d’impôt, le collaborateur de l’occupant romain porte bien son nom ! (le pur). Et pourtant, dans ce récit, on a du mal à le juger négativement : on sait quelle est sa vie, mais son comportement fait de lui une personne qui attire plutôt notre sympathie !

En définitive, à travers ce récit, nous le regardons un peu comme Jésus l’a regardé, avec bienveillance !

         Zachée dans sa vie, semble être au théâtre : il est probablement rejeté par ses compatriotes alors il vit à part. Il n’est pas vraiment dans la vie réelle et socialement intégré, il vit dans les sécurités que lui procurent ses activités professionnelles et sa petite taille souligne sa faiblesse. Pourtant Zachée est plein de vie ! Il est habité par un grand désir :   Il cherchait à voir qui était Jésus.

         Zachée vit comme au théâtre, alors il veut voir le personnage principal de la pièce qui va apparaître certainement ! Il monte sur un sycomore comme on monte au poulailler d’un théâtre pour mieux voir, pour satisfaire sa curiosité… Il est bien là-haut, au-dessus des autres, en sécurité, il vit la rencontre désirée comme par procuration et cela lui suffit pour le moment... la vraie vie ce n’est pas pour lui encore !!!

         Enfin Jésus passe sous son arbre... mais c’est Jésus qui va le voir d’en bas.

Jésus le fait descendre de son piédestal : Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison

Zachée, l’ignoré, est subitement rejoint par Jésus ! Zachée entre en scène, il quitte son monde imaginaire et rentre dans la vie réelle. Si Zachée signifie « pur », c’est bien à ce moment qu’il porte bien son nom : Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie dit le texte.

         Dans toutes les rencontres avec Jésus, les personnes ont toujours une motivation concrète, une demande précise à faire à Jésus : soit d’être enseignée, soit d’être guéri, ou encore d’être libéré. Lui, Zachée, n’a aucune demande à formuler auprès de Jésus : il désir simplement voir Jésus... désir qu’il n’exprime même pas verbalement ! Il y a une grande pureté dans leur rencontre et c’est un vrai cœur à cœur qu’ils vivent tous les deux ! Ce n’est pas sans nous rappeler la béatitude des cœurs purs qui verront Dieu !

Jésus qui connaît les Cœurs prend les devants : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. L’utilisation du verbe « demeurer », exprime beaucoup plus qu’une simple visite de courtoisie. Tandis que tous récriminaient contre Jésus, Zachée est transformé de l’intérieur, il advient à lui-même parce qu’il a été regardé pour lui-même. Le texte dit qu’il est debout, et il va exprimer ouvertement ce qu’il a dans le cœur… Lui qui était affublé par tous de l’étiquette de pécheur public, va avoir la force de révéler à tous la générosité de son cœur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus... La générosité de son cœur est en fait à la mesure de son désir de voir Jésus !

Zachée est comblé au-delà de son désir : le salut est arrivé pour cette maison...

         En général, les enfants s’identifient très facilement à Zachée. L’enfance, c’est le temps de la joie et de la pureté du cœur, de l’innocence.

En fait, la situation de Zachée est très similaire à celle d’un enfant, car l’enfant est pris entre :

  • D’une part sa collaboration avec ses parents qui lui apportent la sécurité nécessaire à son développement puisqu’il est de petite taille. Moyennant cette collaboration, qui n’est pas une intrusion, l’enfant reçoit beaucoup d’amour, il est riche (comme Zachée). Il est donc tout à sa joie (4 cmd).
  • D’autre part son désir de vivre le pousse à découvrir son identité. La pureté de son désir est à la mesure de l’amour qu’il reçoit. Il faut du temps pour passer de l’enfance à l’âge de raison. Jésus fera lui aussi ce passage à l’âge de 12ans au temple de Jérusalem.

         Le temps de l’enfance, c’est le temps de l’innocence, du désir. C’est un temps pour s’émerveiller du monde… Zachée a gardé la pureté du cœur, c’est elle qui lui a permis de rencontrer Jésus de cette façon ! Mais descendu de son sycomore, Zachée est confronté à ses propres limites, il découvre son égoïsme. Il découvre aussi la complexité de la vie. C’est sa rencontre avec Jésus qui va le faire passer de l’innocence infantile à l’espérance qui habite l’âge adulte : il devient capable d’agir par amour au-delà des difficultés de la vie et de ses propres  imperfections.

         Ce que nous rapporte l’Évangile... : soyons convaincu que nous l’avons aussi vécu d’une manière ou d’une autre dans notre histoire personnelle !

Puissions-nous donner ou redonner toute sa place à l’enfant de Dieu que nous sommes. Que le désir de voir reste toujours vivant en chacun de nous !

Amen

P. Pascal Desbois

Sg 11, 22 – 12, 2 ;  Ps 144 (145), 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14 ; 2 Th 1, 11 – 2, 2 ; Lc 19, 1-10

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article