7ème Dimanche Pâques C

Cette prière de Jésus est un sommet, juste avant sa Passion. Jésus a une prière continue adressée à son Père tout au long de l’évangile, mais là nous en avons le contenu. Et le contenu de cette prière, c’est nous, ceux que le Père lui a donnés, il prie son Père de les prendre, de nous prendre avec lui. Jésus prie pour l’unité des siens à l’image de l’unité entre le Père et le Fils, dans l’Esprit. Jésus nous invite à participer à la Trinité, comme si une 4èe place nous était réservée. C’est assez vertigineux cette perspective, d’être en Dieu ! « Nous », c’est nous qui connaissons Jésus, qui sommes ses disciples, ses amis. Mais ce « nous » doit s’élargir aux dimensions du monde. C’est toute l’humanité que Jésus veut rassembler. Le monde est au cœur de la prière de Jésus comme il doit être au cœur de la notre. Il ne s’agit pas de se sauver seul, mais d’annoncer le Dieu sauveur.

Etienne l’a compris. Lui qui vient d’être choisi comme diacre, il va jusqu’au bout de sa foi et de son amour pour Jésus en donnant sa vie d’une manière qui ressemble beaucoup à la Passion de Jésus. Et en particulier dans son ultime prière, comme Jésus sur la Croix, il demande au Père de pardonner à ses persécuteurs. Etienne veut le salut de ceux dont le comportement est à l’inverse de la tendresse et de la miséricorde de Jésus. Et sa prière sera exaucée puisque Saul, qui a assisté à la lapidation d’Etienne, qui était d’accord avec cette violence, se convertira en rencontrant Jésus ressuscité qui lui demandera : « Pourquoi me persécutes-tu ? » Et Saul qui deviendra Paul sera l’apôtre des nations, il sera envoyé au large, dans le monde, pour participer à l’unification du peuple de Dieu.

Nous avons aussi entendu ce passage du dernier chapitre de l’Apocalypse. L’Apocalypse est le dernier livre du Nouveau Testament. Donc ce passage clôture la Bible. La Bible avait commencé par le livre de la Genèse où l’arbre de vie était au milieu du Jardin d’Eden. Mais à cause de la faute d’Adam et Eve, tentés par le serpent, ils n’avaient plus accès à l’arbre de vie et les portes du jardin leur ont été fermées. Au bout de l’histoire sainte, et grâce en particulier à l’action de Jésus et son Incarnation, lui l’Alpha et l’Omega, nous retrouvons l’arbre de vie. Tous ceux qui sont sauvés y ont accès. Et les portes, non plus du jardin mais de la ville sainte sont grandes ouvertes.

L’humanité a cheminé, avec ses égarements et ses redressements, guidée, éclairée par Jésus qui se nomme « l’étoile resplendissante du matin ». Elle a accès à l’arbre de vie, l’arbre de la vie éternelle. Mais ce qui compte, c’est désirer cette vie donnée, c’est désirer entrer dans cette ville sainte, dans le Royaume de Dieu, c’est désirer rencontrer le Christ, qui nous aime et nous promet de revenir vers nous.

Ces dernières paroles de la Bible : « Viens Seigneur Jésus » (Maranatha) doivent être les nôtres. Nous avons soif de cette rencontre, et l’humanité a soif de cette rencontre. Que notre vie donnée où Jésus, le Père et l’Esprit Saint veulent faire leur demeure en nous, nous permette d’être nous-mêmes une source d’eau vive où viennent s’abreuver tous ceux qui ont soif d’amour, de paix, à commencer par les blessés de la vie.

Que notre Eglise soit source d’eau vive et participe à un monde unifié, pacifié, à l’unité de la grande famille des enfants de Dieu.

P. Jean-Christophe Cabanis

Ac 7, 55-60 ; Ps 96 (97), 1-2b, 6.7c, 9 ; Ap 22, 12-14.16-17.20 ; Jn 17, 20-26

Merci à l'auteur de cette image

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article