Colomiers

Vol au-dessus de l'Eglise Sainte Radegonde de Colomiers
Intention de prière de messe

 

 

Lourdes - Grotte en direct

 

Publié par Laure Valax

La Ruche diocésaine
La Ruche diocésaine

Comme Olivier, j’ai assisté à l’Assemblée diocésaine convoquée à Pibrac par notre évêque. Mais mon rôle était différent, car j’étais membre de l’équipe des facilitateurs. Quézaco ? C’est un terme inventé par le monde de la communication ; le facilitateur est à mi-chemin entre l’animateur et l’encadrant. Accompagner la parole, créer les conditions favorables à l’échange serein, c’était ma mission pendant ces deux jours.

Nous étions 25, hommes et femmes de tous âges, venus de Toulouse, Cazères, Balma, Pibrac, Lisle-en-Dodon, Colomiers (avec Bruno et moi), St-Gaudens... Membres de communautés, diacre, chef-scout, aumôniers des hôpitaux ou de la pastorale des jeunes, retraités,  actifs dans l’Eglise verte, la diaconie ou le service aux malades, nous avions en commun notre participation au synode sur la Synodalité et la volonté d’être au service, en réponse à l’appel du diocèse.

Facilitatrice ? Moi, je préfère me comparer à une sorte d’apicultrice, dont la tâche serait de fournir le cadre pour que les abeilles fabriquent le miel. Les abeilles, ce sont les 800 délégués des paroisses. Le miel, ce sont toutes les idées, remarques, doutes, défis, élans partagés pendant ces deux journées intenses. La récolte est faite : elle est abondante, elle a mille saveurs !

Beaucoup d’entre nous ont le sentiment d’avoir recréé une famille depuis les premières rencontres de formation à la facilitation, en septembre.  Une famille joyeuse, super efficace et pleine de bienveillance. En fin de journée dimanche, après la messe, Mgr de Kérimel a pris la pose en souriant avec son équipe de « petits pois » en t-shirt vert.  Nous lui avons confié combien l’Assemblée a suscité des attentes fortes pour l’avenir de l’Eglise dans le diocèse. La tâche est immense, tant notre Eglise est plurielle…  

Ensuite, j’ai eu l’opportunité de monter au balcon de la basilique St Germaine, pour aider à décrocher une des banderoles du fronton. Quelle vue magnifique ! De là, on dirait que Pibrac est entouré de forêts, que nous sommes à la campagne, et non en périphérie d’une des plus grandes métropoles françaises. Prendre de la hauteur, se laisser inspirer, çà permet de voir les choses autrement… Et c’est un peu l’exercice qui était proposé aux participants de l’Assemblée !

Pour ma part, je reviens de Pibrac riche du sourire des personnes croisées, de la prière commune et des expériences de vie échangées avec mes aînés dans la foi. Ce sentiment d’avoir participé à une aventure plus grande que moi est une source de joie dont je rends grâce…  Alléluiah !

Laure V.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article