Mettre au coeur de la vie des disciples le primat (i) de la miséricorde

Horreur, tragédie, questions, cela vient de nous arriver dans ce mois de novembre, dans notre propre pays : nous savons que, de par le monde, ces événements se produisent dans d’autres pays, et que la violence et la haine se manifestent tous les jours. Nous sommes donc bousculés et nous avons tenu à manifester notre amitié, notre compassion, à toutes les familles en deuil ou en difficulté à la suite des attentats. Notre prière, notre recueillement, notre réflexion, ont pu nous mettre en contact avec d’autres personnes, et nous avons renouvelé notre adhésion à ces mots que notre pays ne veut pas oublier : Liberté Égalité Fraternité et qui font résonner une part de l’Évangile.

Le début du mois de Décembre nous fait entrer dans la préparation de NOËL, avec le temps de l’AVENT (avec un ‘e’  pour traduire ce mot latin : « adventus »  la venue) : 4 semaines pour préparer la « Venue » de Dieu.

Venue de Dieu avec l’année de la Miséricorde proposée à toute l’Église par le Pape François.

La miséricorde est à envisager du côté de Dieu et, de notre côté l’équipe de Liturgie nous proposera une phrase à méditer : « La miséricorde est le chemin qui unit Dieu et l’homme : ouvre ton cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours ». Dieu manifeste la plus haute preuve de sa puissance quand il patiente et prend pitié ; il faut comprendre que Dieu nous prend tels que nous sommes, et que son projet c’est d’entrer toujours plus en relation avec nous. De notre côté, le temps de réconciliation et de pardon sont des réponses pour vivre cette miséricorde, et pour approfondir cette présence de Dieu dans notre vie, et dans celle des autres.

L’expérience de miséricorde nous fait avoir une attitude d’humilité devant Dieu et devant les autres, sans culpabilité mais en vérité ; tout ce que nous vivrons durant cette année : rassemblement diocésain, du doyenné le 20 décembre à Pibrac, temps de lecture et de partage autour du projet de l’année sainte, temps de célébration pénitentielle, et temps de confession, seront des étapes pour vivre un chemin de conversion et de miséricorde les uns à l’égard des autres, pour un monde renouvelé. Nous retrouverons les trois fonctions de l’Église : annoncer la miséricorde (Parole de Dieu), célébrer la miséricorde (célébrations et sacrement de Réconciliation à redécouvrir), servir et vivre la miséricorde (œuvres matérielles et spirituelles à faire).

Comment  alors ne pas vivre dans cet esprit : notre conversion écologique que demande le Pape dans son encyclique « Laudato Si' », et notre accueil des migrants dans cette période si troublée. Et ne pas oublier la suite de notre Dimanche autrement, avec les personnes handicapées. 

(i) Primauté, caractère prééminent de quelque chose – (Larousse)

Père Jean-François BRIGNOL - Edito de Espace 85 Décembre 2015

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article