Marie, le grand cèdre et les bergeronnettes - Bulletin paroissial, novembre 2021

Il est un endroit préservé à Colomiers où Marie, représentée par une belle statue bleue et blanche élevée sur une grande stèle en brique, veille sur tout le quartier, voire la ville. L’endroit, peu fréquenté, est entouré d’une clôture et procure un havre de paix au milieu des immeubles dans le quartier derrière le Parc Duroch. Un grand cèdre centenaire domine l’ensemble qui est un vestige d’une époque où les marques religieuses étaient nombreuses dans la ville. Elles sont moins remarquées aujourd’hui, mais toujours présentes.
 
Des bancs permettent de se poser ou de se recueillir. C’est ce que je faisais en méditant l’évangile du lendemain : "A quoi vais-je comparer le règne de Dieu ?" demande Jésus. "…à une graine qu’un homme a prise et jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches" Lc 13,18-19. Là-dessus, un ballet de bergeronnettes s’est activé pour se poser sur l’arbre et dépecer méthodiquement les pignes du grand cèdre. Elles avaient l’embarras du choix, le cèdre étant très généreux. Que cherchaient-elles ? Les insectes habitant ces pignes ? Ma méditation est devenue contemplation ! Les bergeronnettes s’activaient, soucieuses de nourrir leur nichée. En levant les yeux vers la cime, j’ai vu d’autres oiseaux plus gros, non identifiés, qui vaquaient aussi à leurs affaires. En ces moments d’inquiétude à cause de la situation dangereuse que vit le monde (climat, inégalités, migrations, pandémie, replis identitaires…) et celle critiquée de l’Eglise pour ses manquements dans les drames d’abus, le moment rappelait un autre passage de l’évangile : "Regardez les oiseaux du ciel" dit Jésus. "Ils ne sèment ni ne moissonnent… et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas plus qu’eux ?" Mt 6,26
 
Nous avons raison de nous inquiéter. Nous avons aussi raison de préserver les arbres, surtout lorsqu’ils ont une expérience centenaire et qu’ils nous donnent des leçons d’hospitalité. Les oiseaux égaillent nos journées par leurs cris et leurs beaux vols. Si nous leur laissons quelques arbres pour prendre leur part à l’œuvre de la Création ! Quant à Marie, elle est toujours là, parfois visitée, parfois ignorée. Elle veille sur les ados du quartier qui viennent se réfugier, sur les enfants qui viennent jouer, promenés par leurs parents, de culture chrétienne ou non, sur les solitaires vivant quelque peine, sur les personnes âgées, heureuses de trouver un banc où dialoguer avec d’autres. Marie garde les bras ouverts, modèle de sainteté.
 
Enfin une petite prière pour le Liban, pays qui souffre tant depuis des années, et dont l’emblème est le cèdre d’après la Bible : "Le juste poussera comme un palmier, il grandira comme un cèdre du Liban." Ps 92(91), 13. Que ce pays frère retrouve la justice et la paix.
Bonne fête de la Toussaint !

Jean-Christophe Cabanis 

Bulletin paroissial, novembre 2021

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article