​​​​​​​L'Association des Commerçants de Colomiers Village a tenu à rendre hommage au Père Charles.

Aujourd'hui, ce matin, Colomiers pleure un des siens.
La communauté catholique pleure son berger.
Le Village pleure un Ami.
Charles était notre Ami et il symbolisait mieux que quiconque cette noble qualité dont Tacite dit « la foi, la liberté et l'amitié sont les principaux biens de l'âme de l'homme »
Charles était un homme de foi, il était un homme libre et c'était notre Ami.
L'association des Commerçants de Colomiers Village et de ses Amis souhaite, évidemment, rendre hommage à cet Ami qui vient de nous quitter ;
Des souvenirs me reviennent.
Nous l'avions sollicité à de multiples reprises lorsque nous organisions des concerts à Sainte Radegonde.
Il nous répondait « oui » de tout son cœur, spontanément.
« Oui » avant même que notre demande soit finie et nous ouvrait son église.
Je l'invitais régulièrement à ce que j'appelais des « conseils d'administration » organisés, le vendredi soir, chez le caviste du 49 rue Gilet, alors que l'association ne comptait que peu de membres.
Et lorsqu'il n'était pas retenu dans une famille qui souhaitait son réconfort, il faisait toujours un rapide passage pour partager avec nous " le verre de l'amitié"
Voyez, on revient toujours à cette merveilleuse qualité qui le définit tellement bien.
Aujourd'hui, nous pleurons le départ d'un Ami.
Qui nous manquera.
Je pense à ce passage du Petit Prince :  cette nuit-là, je ne le vis pas se mettre en route. Il s'était évadé sans bruit. Quand je réussis à le rejoindre, il marchait d'un pas décidé, d'un pas rapide.
Il me dit seulement:
-Ah, tu es là...
Et il me prit par la main. Mais il se tourmenta encore:
- Tu as eu tort. Tu auras de la peine. J'aurai l'air d'être mort, mais ce ne sera pas vrai.
Moi, je me taisais.
- tu comprends, c'est trop loin, je ne peux pas emporter ce corps - là. C'est trop lourd.
Moi, je me taisais.
- Mais ce sera comme une vieille écorce abandonnée.
Ce n'est pas triste une vieille écorce abandonnée.
Alors, la peine passée, nous devrons nous souvenir de ses qualités de cœur, bien entendu, et de la douceur de son lumineux sourire qui éclairait en permanence son visage. 
François Birolli
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article