Fête du Corps et du Sang du Christ  année C

De quoi Jésus parlait aux foules ? Du Règne de Dieu. Il y a un Règne, un Royaume qui est à l’horizon. C’est le Royaume de l’amour. Etre à l’écoute de Jésus, de sa Parole, c’est être en route vers ce Royaume.

Et la scène qui se passe est déjà un exemple de ce Royaume. Il y a une bonne organisation : Jésus veut que chacun soit bien installé et fasse partie d’un groupe. Ensuite il y a le partage. Même avec une petite quantité de pains et de poissons, la foule est rassasiée. Et il y en a même pour ceux qui ne sont pas là, il reste des corbeilles à distribuer.

Il y a un moment très important dans cet évangile, c’est quand Jésus lève les yeux au ciel. Jésus est toujours tourné vers son Père. Sans lui, il ne peut rien faire. Et nous aussi, si on veut vivre le partage, si on veut que notre vie soit encore plus belle, encore plus profonde,  nous devons lever les yeux vers le Père, prier, développer notre dimension spirituelle.

Cette multiplication des pains est aussi une multiplication de l’amour. Parce que le climat de cette scène, c’est celui de l’amour. Jésus aime le Père, Jésus aime la foule et il veut la rassasier de ses paroles d’amour et de son pain. Et la foule fait le plein de cet amour, et certainement que chacun repartira chez soi en vivant beaucoup mieux le commandement de s’aimer les uns les autres, comme Jésus nous aime.

Cette scène de la multiplication des pains annonce déjà l’eucharistie. Lorsque Jésus a pris son dernier repas avec ses apôtres, il a pris du pain, il a levé les yeux au ciel, il a rompu le pain et l’a distribué à ses amis ainsi que le vin.

Merci à l'auteur de cette image

L’eucharistie, c’est notre réserve d’amour. Jésus a prononcé ces paroles et fait ces gestes juste avant de vivre sa Passion, juste avant de donner sa vie en allant jusqu’au bout de son amour pour nous. Juste avant de mourir et de ressusciter. Ce pain de l’eucharistie, c’est celui de la vie éternelle. Non seulement il nous remplit d’amour pour cette vie, mais il nous promet de vivre de l’amour même après la mort, dans le Royaume des Cieux.

Si nous recevons beaucoup d’amour à travers l’eucharistie et grâce à notre vie de foi, Jésus compte sur nous pour distribuer cet amour, pour vivre le partage autour de nous, pour être des artisans de paix et de pardon.

Aujourd’hui, beaucoup de personnes ont faim. Il y a bien sûr celles à qui il manque l’essentiel pour manger, et il faut s’organiser pour répondre à l’appel de Jésus : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ». Mais il y a aussi ceux et celles qui ont faim d’amitié, faim de trouver un sens à leur vie, faim de profondeur, de partage. Soyons attentifs à toutes ces faims pour distribuer les corbeilles d’amour de Jésus !

Dans la première lecture, il y a un roi mystérieux qui n’apparait qu’une fois, c’est Melkisédech, le roi de Salem, le roi de la paix. Il bénit Abram comme il bénit tous ses descendants. Nous sommes tous descendants d’Abraham, juifs, chrétiens, musulmans. Que notre communion au Corps du Christ nous rapproche de ceux qui ne croient pas comme nous mais qui sont aussi nos frères et nos sœurs. Participons à ce Royaume de la paix en recevant et partageant la paix du Christ, en multipliant l’amour à son image.

P. Jean-Christophe Cabanis

Gn 14, 18-20 ; Ps 109 (110), 1, 2, 3, 4 ; 1 Co 11, 23-26 ; Lc 9, 11b-17

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article