Colomiers

Vol au-dessus de l'Eglise Sainte Radegonde de Colomiers
Intention de prière de messe

 

 

Lourdes - Grotte en direct

 

Publié par P. Jean-Christophe Cabanis

Espace 85, juillet-août 2022

Quartier historique de Colomiers (Haute-Garonne), le Val d’Aran est sur le point de vivre une mutation sans précédent (©Ville de Colomiers). Merci à l'auteur de cette photo

(ESPACE 85, juillet-août 2022)

Le Val d’Aran, au centre des Pyrénées, est catalan espagnol mais il aurait pu être français, étant sur le bassin versant de la Garonne. Les aléas de l’histoire, en particulier au temps de Napoléon, en ont décidé autrement.

            Le quartier du Val d’Aran, à Colomiers, fait-il partie du Centre ? Pas encore mais bientôt, car la passerelle qui rejoint ce quartier vient d’être détruite ! Les ponts et les passerelles symbolisent généralement l’union, le lien, contrairement aux murs qui empêchent les relations. La destruction de la passerelle, qui prolongeait la rue du Centre vers ce quartier périphérique, n’est pas faite pour éloigner le quartier du Centre mais pour l’en rapprocher ! Le mur, il était surtout le fait du boulevard qu’enjambait la passerelle, réservé aux voitures et qui mettait à distance ces deux quartiers. Ce boulevard ne donnera plus la priorité aux voitures mais plutôt aux piétons, aux vélos, trottinettes et aux bus selon la volonté de la mairie qui a consulté les riverains. L’ère de la voiture en ville est-elle passée ? Ce serait bien puisque l’énergie coûte de plus en plus cher et détruit l’environnement. La mairie donne un bon signal : les passerelles ne suffisent plus, il faut s’attaquer aux murs !

            Le quartier du Val d’Aran a été construit dans les années 60 et 70, au moment du rapatriement des Français d’Algérie. L’histoire nous est racontée lorsque nous préparons les funérailles de personnes qui ont vécu cette époque, ce drame. C’est aussi à cette époque qu’a été construite la chapelle Ste Bernadette. Dont la cloche venait d’ailleurs d’une église d’Algérie ! Les premiers prêtres qui ont desservi cette chapelle habitaient dans un immeuble du Val d’Aran, en particulier le Père Laffargue.

Ensuite, le quartier a été habité par toutes les nationalités, et notre paroisse bénéficie de ce rassemblement de tous les horizons. Le Secours Catholique y a installé son magasin de vêtements solidaire La Boussole, et là aussi, les bénéficiaires sont de toutes origines, dont beaucoup d’Afrique du Nord. L’Oasis des Cultures, association dont le nom est explicite, permet en particulier un beau brassage d’enfants.

Du centre vers les périphéries, c’est aussi une devise qu’a donnée le pape François à notre Eglise dès le début de son pontificat. Son idée, c’est que les périphéries deviennent le centre ! Est-ce que nos centres d’intérêt nous font tous participer à un monde plus unifié, plus fraternel ? Est-ce que les centres commerciaux, les centres d’affaires vont dans ce sens ou nous en détournent ? A partir du Val d’Aran des Pyrénées c’est l’Espagne, c’est encore l’Europe. Ensuite la traversée de la mer Méditerranée conduit à l’Afrique. Où est le centre ? Chaque pays, chaque peuple n’a-t-il pas autant de valeur ?

Notre paroisse n’a-t-elle pas aussi à se décentrer ? A se promener dans le Val d’Aran de notre ville et dans les autres quartiers périphériques pour vivre des moments de dialogue notamment interreligieux, de connaissance de l’autre, de solidarité.

Bon été à tous,

                                 Père J-Christophe Cabanis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article