Publié par P. Jean-Christophe Cabanis

(Espace 85, mars 2022)

Notre vie chrétienne a besoin de ce temps annuel de ressourcement. D’autant plus que nous sommes dans une société de surconsommation qui peut nous emprisonner par son rythme imposé par la production et où un grand nombre de laissés-pour-compte vit au contraire en sous consommation ! Cette surconsommation est dangereuse pour notre liberté intérieure et pour l’état de notre planète. Vivre le Carême, c’est partir avec Jésus dans le désert et résister, avec lui, aux tentations de l’avoir, du pouvoir et du paraitre. C’est le suivre vers ce paradis promis au « bon larron » et dont la porte d’entrée est une croix. Bigre… C’est se laisser parler au cœur pour conforter notre foi en un Dieu d’amour qui nous demande de l’aimer et d’aimer notre prochain comme nous-mêmes.

Dans ce Carême, nous serons aidés par le CCFD et l’Eglise Verte qui nous rappellent que « nous habitons la même maison ». Nous sommes invités à vivre une récollection paroissiale autour du thème de l’accueil. Comment mieux accueillir l’autre ? Sur ce thème, un autre jour, des personnes homosexuelles chrétiennes viendront nous présenter leur groupe « S’accueillir ». Des chemins de croix, l’adoration du saint sacrement seront proposés, et les messes seront autant de sources et de moments de communion pour préparer la belle fête de Pâques, sommet de notre année et de notre foi. Des catéchumènes, adultes et enfants,  se préparent au baptême et vivront leurs scrutins lors de ces célébrations. Sachons les accueillir.

Le synode continue bien dans les différents groupes. Il sera porté par le temps fort du Carême. Pour donner des fruits, il doit se vivre dans la prière, à l’écoute de la Parole de Dieu, elle qui parle à notre cœur. C’est le cœur de l’Eglise qui est travaillé pour être toujours plus à l’écoute du monde et capable de l’aimer, de lui transmettre l’amour du Sauveur. Le jeûne et le partage vont ensemble. Jeûner permet de se décentrer de soi-même pour mieux se tourner vers les autres. Le synode doit permettre à notre Eglise d’être tournée vers le monde qui a soif de Dieu et d’amour. Elle peut se priver de ce qui la centre sur elle-même. Pour se centrer toujours plus sur le Christ qui marche vers sa Passion et sa Résurrection, et partager notre joie de croire.

                                    Jean-Christophe Cabanis

Bulletin paroissial, Mars 2022

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article