Fête de l’Epiphanie C

Il y a beaucoup de rois dans ces différents textes. Les mages venus d’Orient ne sont pas des rois mais on peut comprendre qu’on les ait appelés rois mages parce qu’Isaïe que nous venons d’entendre en 1ère lecture annonçait que des rois allaient venir vers Jérusalem apporter de l’or et de l’encens, des rois venus de toutes les nations. C’est le psaume que nous avons entendu qui parle aussi de rois venus de loin apporter leurs offrandes et se prosterner devant le fils de roi qui est au-dessus de tous. Et ce fils de roi, c’est un roi de justice, qui fait droit aux malheureux, qui a le souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie…

Ce fils de roi, c’est bien Jésus qui est né dans une crèche à Bethléem et que les mages reconnaissent. C’est bien un roi de justice qui va se pencher vers les plus pauvres, et lui-même nait de la façon la plus pauvre dans cette crèche de Bethléem. Jésus annoncera le Royaume de Dieu. Son royaume n’est pas de ce monde, dira-t-il. Il n’aura pas une puissance terrestre mais il va régner dans nos cœurs si nous acceptons de l’accueillir et de le suivre. Suivre Jésus, c’est être des rois et des reines de son royaume, c’est être alors des artisans de justice, c’est avoir le souci du pauvre qui appelle, à sa suite été ensemble. Bethléem, cela veut dire la maison du pain. Or Jésus dira plus tard qu’il est le Pain de vie. Et au soir de sa Passion il partagera le pain en disant : « Prenez en mangez-en tous, ceci est mon Corps, livré pour vous. » St Paul prolongera cette pensée en disant que nous formons tous ensemble le Corps du Christ. La crèche est le commencement, le Royaume est tout proche dira Jésus, nous en sommes les serviteurs et les servantes de par notre baptême, notre communion en Eglise. Nous devons aussi être du bon pain pour le monde !

A Jérusalem, il y a un autre roi, Hérode, qui est très dangereux et qui a de mauvaises intentions vis-à-vis de Jésus, le roi des Juifs annoncé. Il est le contre-exemple du bon roi. Le bon roi doit avoir le souci de son peuple et des plus petits, alors que lui n’a le souci que de lui-même et va massacrer des enfants innocents. Il fait penser aux potentats dans beaucoup de pays qui n’ont aucun souci de justice et qui provoquent beaucoup de drames.

Pourtant Jérusalem est la ville de la paix. Et à Jérusalem, les scribes vont bien renseigner les mages sur le lieu de la naissance du Messie, à Bethléem. Mais personne ne fera le déplacement, comme si connaitre les Ecritures voulait dire être arrivé, être installé. Nous ne sommes jamais installés dans notre foi, nous avons toujours à vivre des déplacements, à suivre les étoiles qui nous guident. Ces étoiles, ça peut être des personnes qui nous éclairent, qui nous mènent sur le bon chemin. Nous pouvons aussi être des étoiles pour d’autres, indiquer à d’autres Celui qui nous illumine, qui donne du goût et du sens à notre vie. N’oublions pas de scruter les Ecritures, de nous en nourrir aussi parce qu’elles sont Parole de Dieu. C’est le Verbe qui s’est fait chair qui nous nourrit de sa Parole.

Les mages repartent par un autre chemin. Il n’en sera plus question dans l’évangile. Cela ne veut pas dire qu’on les oublie. Jésus, lorsqu’il sera ressuscité, dira à ses apôtres d’aller dans le monde entier pour être ses témoins. Nous sommes nous-mêmes envoyés pour témoigner que Dieu nous aime tellement qu’il a envoyé son Fils pour nous sauver. Cette bonne nouvelle, elle est pour tous les hommes et les mages l’avaient pressenti. C’est ce que dit aussi St Paul dans la 2ème lecture que nous avons entendue : « Le mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage ».

Que cette fête de Noël et de l’Epiphanie nous ouvre sur notre monde, dans toutes les directions, pour être les témoins d’un Dieu qui nous aime et qui nous fait le cadeau de sa venue dans le monde comme un petit enfant vulnérable.

P. Jean-Christophe Cabanis

Nb 6, 22-27 ; Ps 66 (67), 2-3, 5, 6.8 ; Ga 4, 4-7 ; Lc 2, 16-21

Merci à l'auteur de cette image

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Bonne et sainte année au père Jean Christophe de nous avoir nourris richement de la Parole de Dieu tout au long de l'année dernière. Que son Étoile épistolaire continue à nous éclairer merveilleusement. <br /> Merci beaucoup. <br /> Jean-Claude
Répondre