Cheminons ensemble vers l’étoile du Sauveur - Edito du bulletin paroissial, décembre 2021

(Espace85 décembre 2021)

"Cheminons ensemble vers l’étoile du Sauveur

Voilà le thème que l’équipe de liturgie a choisi pour vivre l’Avent cette année.

L’idée du chemin, c’est Isaïe qui nous la donne, ou encore Jean-Baptiste : "Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers". Les chemins nous changent des autoroutes ou des rues et boulevards de nos villes. Les chemins, loin du goudron et de la vitesse, nous les envions à ceux qui vivent à la campagne ou à la montagne. Un chemin, cela s’entretient avec des outils simples, à portée de main : serpes, pelles, pioches… Préparer les chemins du Seigneur, c’est à notre portée. Comme donner des coups de serpe dans nos emplois du temps ou nos préoccupations pour être plus disponibles afin d’accueillir Celui qui vient vers nous.

"Cheminons ensemble", c’est un clin d’œil au synode que nous commençons en Église. Ce n’est pas la peine d’aller vite, ce qui compte c’est d’être ensemble, d’observer ou de contempler ensemble ce qui se passe en cours de route ou au bord du chemin. Ensemble, c’est avec ceux et celles que le Seigneur nous donne comme compagnons de route. Nous n’avons pas choisi tous ceux et celles avec qui nous cheminons, c’est l’occasion de faire de belles rencontres, qui peuvent nous déstabiliser. C’est le lieu de l’intergénérations, de l’interculturel, de l’interconfessionnel : très intéressant !

Merci à l'auteur de cette image

L’étoile : chaque enfant aura la sienne dans la crèche : des plus petits baptisés dans l’année à ceux de l’éveil à la foi et du catéchisme. L’étoile, c’est celle qui nous guide. Pour cela, il faut lever les yeux, scruter le ciel, et être prêt à nous déplacer comme les mages, ainsi qu’à offrir le meilleur de nous-mêmes. L’étoile, c’est celle du Sauveur, qui scintille dans la nuit de nos doutes et de nos incertitudes. Le Sauveur, Jésus, vient naître dans nos vies avec tout son dénuement. De quoi nous sauve-t-il ? Du mal, de la souffrance, de nos péchés.

"Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, prends pitié de nous". Nous allons nous habituer à cette nouvelle formulation au cours des messes. Il n’y a pas qu’un péché dans le monde, le pluriel nous met en face de chacun de nos péchés, sans regarder ceux des autres. Jésus est venu nous sauver chacun(e) qui avons tous nos mauvaises pentes.

Pour en revenir au synode, le travail demandé doit permettre à l’Église d’être plus lumineuse. Elle est l’astre qui désigne le Sauveur dans la mesure où elle-même se tourne vers Celui qui enlève les péchés. Si l’astre a été terni, il doit retrouver son éclat par beaucoup d’humilité et de compassion.

Le Sauveur, ce sont les bergers qui sont venus l’adorer les premiers à la crèche, eux qui dormaient à la belle étoile. Les plus pauvres aujourd’hui nous précèdent dans l’accueil de Celui qui s’est fait l’un d’eux. Noël est une inversion dans l’ordre social auquel nous sommes habitués. Les derniers sont les premiers. Portons attention aux plus petits de la société, aux enfants, aux jeunes sans emploi, aux migrants, aux sans-abris, aux personnes avec un handicap, non pas pour se pencher vers eux mais pour prendre exemple, pour avancer à l’éclat de leur étoile.

Bon Avent à nous tous, ensemble.

                         Jean-Christophe Cabanis

Espace 85, décembre 2021

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article