Jn 13, 31-33a.34-35 5e dimanche de Pâques, année C, 24 avril 2016

  1. « Ayant réuni l’Église, ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux » (Ac 14, 21b-27)
  2. Psaume : Ps 144 (145), 8-9, 10-11, 12-13ab
  3. « Il essuiera toute larme de leurs yeux » (Ap 21, 1-5a)
  4. « Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres » (Jn 13, 31-33a.34-35)
  5. ***
    Nous sommes dans le temps liturgique pascal, mais la liturgie de la messe nous fait lire le passage du l'Evangile du soir du Jeudi-Saint, alors que tous les évangélistes rapportent l’épisode de la Cène, Jean quelques quarante ans après nous montre Jésus en train de laver les pieds des disciples. Judas vient de sortir pour le trahir. C’est le dernier entretien de Jésus avec les apôtres et en quelque sorte son testament que Jean résume dans ce court passage que nous venons d’entendre. Il met deux choses en évidence : la glorification et un commandement nouveau.
     LA GLORIFICATION : l’étau de la haine et de la trahison enserre Jésus. Comment Jean peut-il parler de gloire alors que ce Jésus dans quelques heures va être malmené, bousculé, giflé, moqué, battu, crucifié, tué… voilà la gloire de Dieu ! Pour moi la gloire, c’est montrer la puissance, la célébrité, un certain rayonnement aux yeux de tous. Rappelez-vous l’accueil triomphal qu’on faisait à Rome lorsqu’un général revenait victorieux à la tête de son armée, suivi des prisonniers et d’esclaves. Jean n’est pas un naïf, il a dû voir certainement des grands personnages défiler en grands costumes de parade, et donc il savait ce qu’était la gloire sur un visage, dans une démarche, au milieu d’une foule.
    Je soupçonne donc que Jean qui connait la valeur de mots n’en joue pas à l’aveuglette. Aussi quand Dieu se montre, quand Dieu rayonne dans la foule, quand il se révèle aux yeux de tous, c’est sous les traits du Juste persécuté. Celui qui va jusqu’au bout, malgré la peur, les coups, l’agonie, c’est lui qui remporte la plus haute victoire, celle de l’amour, du don total… humble, pauvre discrète, en Jésus, c’est la gloire humaine de Dieu qui nous est révélée et que nous annonce St Jean.
    Cette glorification de Jésus s’accompagne d’un COMMANDEMENT NOUVEAU : « C’est de vous aimer les uns les autres ». Il semblerait que ce ne soit pas si nouveau que çà, car il y a longtemps qu’on a commencé à aimer ! Alors où est la nouveauté ? eh, bien tout simplement dans ce petit mot « comme », oui « comme je vous ai aimés », comme Jésus nous le propose n’exclure personne, pas même l’ennemi, chercher à faire naître une humanité nouvelle, un monde nouveau.
    Ce passage d’Evangile, vient nous rappeler notre mission. Il ne s’agit plus de « laver  les pieds », mais de faire taire les pleurs et les  cris de ceux qui souffrent. Le Pape François en accueillant trois familles syriennes nous envoie à chacun de nous un signe. Il est évident que nous ne sommes pas armés pour accueillir toute la misère du monde, çà on le sait, mais on sait aussi que là où nous sommes, nos gestes d’amour, de partage, de solidarité peuvent être reconnus comme des signes de disciples de Jésus-Christ. Là où nous sommes, c’est là que nous sommes envoyés pour annoncer la Bonne Nouvelle, vivre tout simplement ce message d’amour. Dans la seconde lecture Jean annonçait solennellement un ciel nouveau, une terre nouvelle. C’est la victoire de l’amour sur toutes les forces du mal. La gloire de Jésus, notre gloire c’est « de nous aimer COMME il nous a aimés ».
    Père Charles de Llobet


    image
    http://pontifexenimages.com/wp-content/uploads/2015/06/carte-postale-crer-02.jpg

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article