Le successeur de Pierre

Dimanche 27 Avril 2014, dimanche après Pâques que Jean-Paul II a appelé le Dimanche de la Divine Miséricorde, verra l’Église Catholique (universelle) canoniser deux papes successeurs de Pierre : Jean XXIII (1958 – 1963) et Jean-Paul II (1988 – 2005).

Beaucoup se sont penchés sur l’histoire de la Papauté, et chaque période de l’Église a eu ses Papes avec leurs lumières et leurs ombres. Beaucoup ont été canonisés dans les premiers siècles de l’Église.

Ce début du 21ème siècle verra la canonisation de deux Papes qui ont marqué la fin du 20ème siècle.

Jean XXIII, souvent dans la mémoire de ceux qui ont vécu cette époque, appelé le « Bon Pape Jean » : il avait conquis les cœurs par sa simplicité et son humilité et, par sa décision de convoquer un concile, il souhaitait que cette Église puisse se renouveler. J’ai vécu cette période de l’église au moment où je réfléchissais sur ma vocation. Le successeur de Pierre m’a ouvert sur le choix de ma réponse.

Vingt ans plus tard arrive sur le siège de Pierre Jean-Paul II : sa figure et son dynamisme furent pour l’Église et le monde un moment de visibilité d’expression de la Foi et  de présence au monde pour construire la Paix.

« N’ayez pas peur !… » sa célèbre phrase est pour son ministère signe de cet engagement pour témoigner et pour trouver les chemins de l’évangélisation des jeunes.

La canonisation des deux Papes nous fait réfléchir sur le successeur de Pierre. D’abord dans la dimension historique de la succession des Papes : une succession visible qui, de siècles en siècles, renvoi à la Parole du Christ : promesse de vie éternelle pour l’Eglise.

D’autre part sur l’infaillibilité de l’Eglise : le premier détenteur de l’infaillibilité …c’est « le sens de la foi » du peuple chrétien mais il faut aussi des personnes habilitées à exprimer la foi de l’Église  (cf.  les Actes des Apôtres) : le successeur de Pierre en est une et dans la tradition avec VATICAN I  a pris une place importante mais ce que nous sommes invités à découvrir c’est que cette infaillibilité concerne la doctrine quand elle engage la Foi. Mais le concile VATICAN II a mis l’accent sur le collège épiscopal uni au Pape  qui est un signe de cette infaillibilité.

Nous pourrons prier Saint Jean XXIII et Saint Jean-Paul II pour l’Église.

Avec le Pape François, les foules qui se rassemblent à Rome découvrent un nouveau visage de la Papauté : il semble apprécié au-delà des frontières visibles de l’Église. Réjouissons nous avec tous les témoins du Ressuscité : que le successeur de Pierre nous entraîne sur un chemin de Sainteté et que le peuple des baptisés continue d’être témoin. Que le temps de Pâques avec tous les événements d’Église que nous partageons « Baptêmes, Premières Communions, Confirmations, pèlerinages » soit un véritable « printemps d’Église ».

          

          Père Jean-François BRIGNOL (Espace 85, mai 2014)

Le successeur de Pierre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article