Lc 3,15-16.21-22 Baptême du Seigneur

Livre d'Isaïe 40,1-5.9-11.
Psaume 104(103),1c-3a.3bc-4.24-25.27-28.29-30.
Lettre de saint Paul Apôtre à Tite 2,11-14.3,4-7.
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,15-16.21-22.

Nous sommes toujours dans le temps de Noël avec le Baptême de Jésus, c’est une manifestation de Dieu, comme l’épiphanie aux Rois Mages, comme l’annonce aux bergers de la crèche. Le peuple attendait. Les mots d’Isaïe de ce dimanche rejoignent l’espérance de tout le peuple qui se tournait vers Dieu. Et Jean-Baptiste ne fait que prolonger cette espérance, il propose un baptême de purification pour se préparer à accueillir le messie, un sauveur  et il annonce que celui qui vient, va baptiser dans l’Esprit Saint.

Pour Paul, nous sommes plongés dans cet océan d’amour  qui est en Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Le mot « baptiser » vient du verbe grec qui signifie « plonger »  Avec le baptême de Jésus dans l’évangile de Luc, nous allons prendre part d’un double mouvement : un mouvement de descente et un mouvement de remontée. Jésus par son incarnation nous rejoint dans notre humanité, et il va jusqu’à vivre la désespérance de l’homme  qui est capable de tuer  son frère (Caïn et  Abel) et lui-même meurt sur la croix pour nous arracher du mal.

Puis c’est la remontée : après avoir été plongé comme tout le monde dans l’eau par Jean-Baptiste, il est en prière et voilà qu’un signe de Dieu. C’est l’annonce de la nouvelle alliance : la voix du ciel qui se fait entendre et la symbolique de la colombe nous fait découvrir la remontée de Jésus. L’Esprit Saint sous le signe de la colombe nous rappelle la fin du naufrage annoncé à Noé après le Déluge. Le baptême de Jésus annonce que les cieux se sont ouverts et ils ne sont plus jamais fermés. Par notre  baptême, nous avons, de nouveau,  accès à Dieu.

En remontant dans l’eau, Jésus entraine et élève le monde et tout homme  avec lui.

Qu’en est-il pour nous de notre plongeon. Au baptême, nous avons été plongés dans l’amour trinitaire pour devenir un avec lui. Ce baptême nous donne le Christ pour passer avec lui continuellement de la mort à la vie, du péché à la sainteté, de l’angoisse à l’amour.

Cette année de la Miséricorde, nous passons par la Porte. Elle nous rappelle que c' est par le Christ que nous passons pour aller vers Dieu. Alors faisons des œuvres de miséricorde ainsi que nous deviendrons  enfants de lumière sur les chemins où l’Esprit nous conduit.

Père Jean-François Brignol
image
http://media.cathocambrai.com/614359.jpg 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article