UN CARÊME POUR SE CONVERTIR À L’AMOUR DE DIEU ET DU PROCHAIN

Le carême est un temps de pénitence : rien d’enthousiasmant à se confronter à sa propre misère, à son propre péché ! Mais le carême n’a pas pour but de se centrer sur soi.
Le carême est un temps pour réparer la relation avec Dieu et avec le prochain, pour la restaurer. Le but n’est donc pas soi-même, mais l’autre ! C’est en cela que consiste la conversion.
Le carême est un temps pour apprendre à aimer, à élargir son cœur : il invite à partager les sentiments du Christ et à compatir avec toute l’humanité et avec chaque personne humaine.

La prière, le jeûne et le partage ont pour objectif l’amour de Dieu et du prochain. Chaque chrétien, ou chaque communauté chrétienne, peut donc, en se décentrant de soi, choisir d’orienter sa capacité d’aimer vers telles ou telles personnes, vers tel peuple, vers telle partie de l’humanité en crise ou en détresse.
Parmi les personnes à aimer particulièrement pendant le carême, n’oublions pas les catéchumènes ; à l’origine, c’est pour les accompagner dans leur lutte contre le péché, dans leur combat pour devenir libres du mal, que les chrétiens ont prié et jeûné.
Par ailleurs, le troisième dimanche de carême, nous prierons tout particulièrement pour toutes les personnes victimes d’abus sexuels commis par des prêtres ou des gens d’Église.

Le carême sera réussi si les chrétiens que nous sommes ont progressé dans l’engagement envers Dieu et leurs semblables. L’amour décentre de soi, il dépasse les intérêts particuliers pour s’ouvrir au bien commun ; l’amour tend à l’unité, il est communion ; l’amour rend humble ; l’amour dérange et il est paix ; l’amour est feu qui purifie et dilate ; il est eau vive qui suscite la vie.

Bon carême !

+ Guy de Kerimel
Archevêque de Toulouse

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article