Mercredi 2 décembre - Mt 15, 29-37 - Première semaine de l'Avent

Merci à l'auteur de cette image
Première semaine de l'Avent : piste possible. ’’Pour ne plus être endormi, Jésus nous appelle à Le suivre, et à louer Dieu comme Lui. Alors nous comprendrons sa compassion pour les hommes. Et parce qu’Il est notre appui, dans la foi, nous accueillerons ce don de la compassion qui est la clé du royaume de Dieu.’’
Mercredi 2 décembre
Jésus guérit les malades et multiplie les pains
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 15, 29-37
En ce temps-là, Jésus arriva près de la mer de Galilée. Il gravit la montagne et là, il s’assit. De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit.
Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets qui parlaient, des estropiés rétablis, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël.
Jésus appela ses disciples et leur dit : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. »
Les disciples lui disent : « Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? »
Jésus leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? »
Ils dirent : « Sept, et quelques petits poissons. »
Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules. Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines.
– Acclamons la Parole de Dieu.

**************

« Je suis saisi de compassion pour cette foule. »

Compassion = ça me ’’ prend aux tripes ’’, pourrait-on dire ; une émotion forte. Pour les anciens, les entrailles sont le siège de l’amour, car l’amour c’est quelque chose qui concerne tout l’être. Est-ce que je me reconnais dans cette foule qui demande à Jésus une guérison ? Dans cette foule qui a faim ? Je reste en silence ; je laisse Jésus m’aimer. Je crois qu’il m’aime.

* En cas de besoin d'être guidé ou d'échanger les idées concernant la prière, veuillez envoyer un message à P.& F.L ou aux coordonnées de nos prêtres  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article