Porter de l’attention aux personnes

J’aime bien cette expression de Mgr Claude DAGENS évêque d’Angoulême  dans un forum paru dans le Journal La Croix du 25 26 Avril 2015 : « La raison calculatrice ». Les évènements dont nous entendons parler sont confrontés à cette expression :
- le nombre de chômeurs ne baisse pas dans notre pays et probablement dans le monde.
- le nombre de migrants qui veulent rejoindre l’Europe pour fuir des situations catastrophiques dans leur pays et les drames que cela suscite, est en augmentation.
- le nombre de victimes de la violence, dues à la guerre, à la drogue, aux fanatismes religieux, ou à une conception de l’Homme qui fait penser à l’esclavage, ne cesse de s’allonger.
Les raisons calculatrices de toutes ces situations, nous en connaissons, ou elles nous dépassent et nous interrogent ...
En tant qu’être humain ou en Eglise, faut-il nous abandonner à la résignation, au repliement sur soi ou à tout un  tas de transgressions qui sont issues de ces situations ?
Dans ce temps de Pâques et en ‘Mois de Marie’, l’expérience de la rencontre du ressuscité ou la prière et la contemplation de Marie, nous invitent à nous renouveler ou tout au moins à approfondir nos comportements. Les expériences des témoins des rencontres du ressuscité nous relatent que c’est la personne du Christ qu’ils découvrent, et que lui-même vient à la rencontre de chacun : « Avance ta main » dit-il à Thomas ; Marie Madeleine interpelle celui qu’elle prenait pour le jardinier près du tombeau. Comme croyant nous dépassons la « raison calculatrice » pour faire attention aux personnes.
NOUS SOMMES INVITES A PRENDRE EN COMPTE TOUTES LES PERSONNES :
- dans nos relations personnelles où nous encourageons pour ne pas céder à la désespérance ou pour ne pas s’enfermer dans une solitude,
- dans la pratique de la confiance et d’une confiance toujours risquée, souvent avec des personnes  qui doutent d’elle-même,
- dans le fait de ne pas céder en Église, à  la séduction de la raison calculatrice lorsque nous évaluons les progrès ou les reculs de la Foi, seulement en  termes de quantité,
- dans l’aventure du Synode de la famille, et avec notre journée du dimanche 7 Juin sur la mission et la vocation de la famille; comment respecter toutes les personnes dans leurs choix, leurs questions, pour arriver à des changements qui permettront d’accueillir et de vivre en Église, toutes les familles telles qu’elles sont dans notre société.
En ce temps du mois de mai, le temps de prière à Marie nous fait découvrir comment elle peut nous rendre attentif aux personnes dans sa foi et sa pratique. Prenons les mots du Pape François dans la joie de l’évangile : « Marie est celle qui sait transformer une grotte pour animaux en maison de Jésus, avec de pauvres langes et une montagne de tendresse. Elle est la petite servante du Père qui tressaille de joie dans la louange. Elle est l’amie toujours attentive pour que le vin ne manque pas dans notre vie. Elle est celle dont le cœur est transpercé par la lance, qui comprend toutes peines. Comme mère de tous, elle est signe d’espérance pour les peuples qui souffrent les douleurs de l’enfantement jusqu’à ce que naisse la justice ... »
Que notre société, notre monde, le Synode de la Famille soient les lieux où nous laissons l’Esprit-Saint accomplir à travers nous, ses serviteurs passionnés de ce 21ième siècle, l’apprentissage pour donner la priorité aux personnes et au travail que Dieu réalise en elles.
 Père Jean François BRIGNOL 
Espace 85
, Mai 2015
photo http://images.fotocommunity.fr/photos/personnes/personnes/lamour-cest-prendre-soin-de-lautre-mme-lorsquon-est-enerve-62898433-8e75-4575-838b-172dfb0428f2.jpg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article