Colomiers

Vol au-dessus de l'Eglise Sainte Radegonde de Colomiers
Intention de prière de messe

 

 

Lourdes - Grotte en direct

 

Publié par Paul C.

Psaume du 5ème dim de Pâques année C
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur.
1. Que dit ce psaume ? 2. Que me dit ce psaume ? 3. Que vais-dire au Seigneur et vivre ?
*********************
Psaume 144/145
08. Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour ;
09. la bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres.
10. Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent !
11. Ils diront la gloire de ton règne, ils parleront de tes exploits,
12. Ils annonceront aux hommes tes exploits, la gloire et l'éclat de ton règne :
13. ton règne, un règne éternel, ton empire, pour les âges des âges. Le Seigneur est vrai en tout ce qu'il dit, fidèle en tout ce qu'il fait.

***********************

L’unique du psautier à être intitulé ''Louange''. Le psautier tout entier en hébreu s’appelle Louanges. Les 2/3 des 150 psaumes sont de louange. Chacun des 21 versets de ce psaume est introduit par une des 21 lettres de l'alphabet hébraïque dans leur ordre. Une façon de dire que la louange peut remplir toute une journée, voire toute une vie, de A à Z, (en hébreu de Aleph à Tav), toujours et à jamais. C'est un psaume d'action de grâce, de merci au Seigneur, pour son Alliance de tendresse envers nous. Un résumé, un condensé, de ce qu'est Dieu dans sa profondeur, le Seigneur est tendresse et pitié.
 
La bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres (v.09). La première lecture de cette messe du livre des Actes des Apôtres, Paul et Barnabé revisitent et organisent les Églises fondées par eux. Arrivés à Jérusalem, ces mots : Une fois arrivés, ayant réuni l’Église, ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi. Les ''nations'', les païens, les non-juifs. Le mystère de Pâques est pour tous, pour moi.
 
Combien de fois, pendant l’Exil à Babylone, Israël a invoqué son Dieu et supplié pour obtenir son pardon et son retour… Désormais, le peuple, dans le Temple rebâti, chante de tout son cœur : Que tes œuvres, Seigneur te rendent grâce... Sa mission est même de le chanter assez fort pour que le monde entier l'entende : la richesse de pardon, la tendresse et la pitié du Seigneur, sa bonté, pour toutes ses œuvres. Le projet de Dieu est universel. Dieu aime toute l’humanité et toute la création. Les gens de la Première Alliance l’ont peu à peu compris, non sans mal, certes.
 
Le motif particulier de la louange, c’est la royauté du Dieu de l’Alliance. Bien au delà des expériences de royautés vécues par Israël, il y a une royauté parfaite, celle de Dieu. Remarquons les deux possessifs du refrain ''mon'' Dieu, ''mon'' roi. Un sentiment d'affection envers Dieu, de proximité affective. Un juif pieux dit ce psaume chaque matin, chaque jour je te bénirai. Ce Dieu-Roi est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour... Dieu se présente ainsi à Moïse au Sinaï (Exode 34,6). C'est souvent répété dans la Bible, comme un condensé de ce qu'est Dieu en profondeur. Tout l'Ancien Testament est parsemé de présentations de Dieu comme Dieu de tendresse et plein d'amour.
Dieu est bonté, amour, tendresse. Ce sont des qualités de père... Jésus reprendra ces mots : Notre Père qui es aux cieux... C'est la parabole dit de ''l'enfant prodigue'', ou du "Père miséricordieux". Jésus dans les Évangiles enseigne la paternité de Dieu comme l'élément essentiel de Dieu Amour. Dans l'évangile du jour, en saint Jean, Jésus s'adresse à ses apôtres en ces termes, Petits enfants... Paroles d'un Père de tendresse et d'amour...
 
Mon Père, je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je te remercie. Je suis prêt à tout, j’accepte tout. Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures, je ne désire rien d’autre, mon Dieu. Je remets mon âme entre tes mains. Je te la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je t’aime, et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre tes mains, sans mesure, avec une infinie confiance, car tu es mon Père. (Charles de Foucault)

Paul C.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article