Psaume 102/103 - Le Seigneur est tendresse et pitié - Carême année C

Lecture Priante du psaume du 3ème dim du Carême année C (Ps 102)
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur.
1. Que dit ce texte ? 2. Que me dit ce texte ? 3. Que vais-dire au Seigneur et vivre ?

****************************

Psaume 102/103
01. Bénis le Seigneur, ô mon âme, bénis son nom très saint, tout mon être.
02. Bénis le Seigneur, ô mon âme, n'oublie aucun de ses bienfaits.
03. Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie.
04. il réclame ta vie à la tombe et te couronne d'amour et de tendresse.
06. Le Seigneur fait œuvre de justice, il défend le droit des opprimés.
07. Il révèle ses desseins à Moïse, aux enfants d'Israël ses hauts faits.
08. Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour.
11. Comme le ciel domine la terre, fort est son amour pour qui le craint.

***************************

Un psaume fréquent dans la liturgie. Un 4ème commentaire, remanié et adapté à la première lecture. Le contexte de ce psaume 102. Un croyant, conscient de son état de pécheur et du pardon à lui accordé par le Seigneur, va au Temple pour offrir un sacrifice d'action de grâce. Il témoigne de ce que Dieu a fait pour lui, devant amis et parents. Et il les invite à s'associer à son action de grâces. Le priant du psaume veut associer la communauté à sa prière. Tout acte individuel a une répercussion sur l'ensemble. En priant ce psaume, je prie avec toute l’Église. Je rends grâces pour les tendresses et pitié du Seigneur envers moi, ma famille, ma paroisse, mes engagements sociaux et autres, un événement particulier. Etc.
 
Merci à l'auteur de cette image
Une action de grâces qui s'exprime sous la forme d'un hymne à Dieu, Dieu de l'Alliance d'Amour envers son peuple et à la tendresse de cet amour. En lisant attentivement le psaume, remarquer les mots exprimant le refrain liturgique du jour, Le Seigneur est tendresse et pitié.(v.8). Contempler avec ces mots, bienfaits, il pardonne, guérit, il te couronne d'amour et de tendresse, justice, droit des opprimés...C'est comme une esquisse de portrait de Dieu. On est loin d'un autre portrait du Dieu de l'Ancien Testament, vindicatif, méchant et dur, qui serait opposé au Dieu de Jésus-Christ, un Dieu d'amour, lui. L'AT n'est pas une religion de la peur. La ''crainte'' biblique de Dieu est l’expression de l'infini respect affectueux d'un enfant envers un Père qui est le Très-Haut, descendu vers nous par tendresse et pitié. Devenu le Très-Bas. Le dernier verset, fort est son amour pour qui le craint.
 
La première lecture, du livre de l'Exode, est fondamentale de la révélation de Dieu. La grande scène de la vision de Dieu à Moïse au Sinaï. Citons : J'ai vu, oui, j'ai vu la misère de mon peuple... Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer... Tout Dieu est là. Le psaume l'exprime avec les mots le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour. Une affirmation souvent reprise dans la Bible. C'est comme une ''carte de visite'' de Dieu.
 
Jésus va nous faire découvrir Dieu comme Père, un Père plein de bonté, d'amour, de tendresse... Jésus nous apprend à prier ainsi : Notre Père qui es aux cieux... La parabole de l'enfant prodigue toute centrée sur un Père Miséricordieux. Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux (Luc 6,36). Un portrait de Dieu-Père, au sein d'une Trinité d'amour, avec son Fils Jésus, dans l'unité de l'Esprit. Dieu est famille d'amour. Quel est le "portrait" que je me fais de Dieu, consciemment et surtout inconsciemment, dans ma façon de vivre, de prier, d'agir ? Demander à l'Esprit Saint sa lumière quand je relis tout doucement ce psaume, pour m'en imprégner, m'en nourrir... Avec la Vierge Marie : Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur.
 
Dieu de tendresse et de bonté, sois béni pour tous tes bienfaits. Dans l’allégresse de l’Esprit de sainteté, je chante ton amour et ta miséricorde qui m’ont relevé et introduit dans la salle du banquet où ton Fils a préparé le festin de la joie. Je te bénis, Père, pour ton amour qui est de toujours à toujours. Je te bénis, Christ Jésus, toi qui es descendu dans l’abîme de la mort pour que nul n’en reste à jamais prisonnier. Je te bénis, ô Esprit, d’une sainte allégresse, souffle en mon âme la brise de ta joie. (Fraternités de Jérusalem).
Paul C.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article