Psaume 117(118) - Éternel est son amour

Lecture Priante du psaume du 2e dim. de Pâques B
(Lectio Divina)
Dimanche de la Divine Miséricorde
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur.
1. Que dit ce texte ? 2. Que me dit ce texte ? 3. Que vais-dire au Seigneur ? 4. Vivre dans la grâce du texte.
*************
Psaume 117(118)
01. Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour !
02. Oui, que le dise Israël : Éternel est son amour !
03. Que le dise la maison d'Aaron : Éternel est son amour !
04. Qu'ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur : Éternel est son amour !
16. Le bras du Seigneur se lève, le bras du Seigneur est fort !
17. Non, je ne mourrai pas, je vivrai pour annoncer les actions du Seigneur.
18. Il m'a frappé, le Seigneur, il m'a frappé, mais sans me livrer à la mort.
22. La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle :
23. c'est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux.
24. Voici le jour que fit le Seigneur, qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !

*****************

v.1-4. Seigneur. L'auteur du psaume 117 utilise 27 fois le mot ''Seigneur'' (8 fois dans l’extrait liturgique du jour). Dans le monde juif, par respect envers Dieu, un respect plein de tendresse et de confiance (qu'on exprime souvent par les mots ''crainte de Dieu'', ici au v.4, ceux qui craignent Dieu) on ne prononce pas le mot ''Yahvé'', le nom que Dieu a révélé à Moïse, et qui peut se traduire par ''Je Suis''. ''Adonaï'' en hébreu, traduit par ''Seigneur'', ou par ''l'Éternel''. L'occasion de redécouvrir le sens profond de ce mot ''Seigneur'' que je dis, ou que j'entends, si souvent. Seigneur, donne-moi la grâce de faire de ce mot une prière et une action. Donne-moi la grâce d'entrer dans la foi de l'apôtre Thomas : Mon Seigneur et mon Dieu.(évangile de ce dimanche). La formulation de Thomas ouvre la porte à la reconnaissance de Jésus-Messie comme étant Dieu et Homme.
 
Éternel est son amour. La première communauté chrétienne, ce 2ème dimanche de Pâques, en brosse un portrait fondamental : ils avaient tout en commun. Ces quelques mots peuvent être comme un titre à de larges extraits du livre des Actes des Apôtres qui nous sont proposés les dimanches du Temps Pascal. Les apôtres vont
vivre, prier, évangéliser, s'organiser, dans la foi en Jésus, Seigneur et Dieu, dont l'amour est éternel. Je peux me voir au sein de cette communauté, certes très idyllique, mais avec un horizon sur lequel je peux orienter ma vie. Quel est mon comportement dans telle ou telle ''communauté'', famille, travail, loisir, paroisse, association, etc.. ? Qu'est que je mets en commun ? En quel esprit ?
Ce psaume a été chanté dans les fêtes pascales. Il est repris aujourd'hui, avec le même refrain : Éternel est son amour, refrain qui conclut le psaume. Certains traduisent ''Pour toujours sa miséricorde''. Dans ma lecture priante, le mot ''miséricorde'' semble mieux traduire deux termes hébraïques pour exprimer l'amour au cœur de Dieu, un amour qui prend aux tripes, un amour charnel, à la fois paternel et maternel. Éléis en grec, que l'on retrouve dans eleison du kyrie. Une résolution à prendre, peut-être, d'être plus attentif à ce moment de la messe, Seigneur, fais-nous miséricorde. Autres traductions : pitié, compassion... Dimanche de la Miséricorde institué par Jean-Paul II... Seigneur, prends pitié. Ô Christ, prends pitié. Seigneur, prends pitié.
 
Dans le monde juif, ce psaume 117/118 était très probablement prié lors des fêtes de pèlerinage, en particulier à la fête des Tentes, Souccot, à l'automne. Pendant 8 jours on vivait sous des tentes, en mémorial de la vie au désert après la sortie d’Égypte, délivrance du peuple. Je peux me rapprocher de la sainte famille de Jésus, Marie et Joseph, dans la foule, chantant car éternel est son amour. Jésus l'a certainement chanté le soir du Jeudi Saint. Le matin de Pâques, les apôtres, les saintes femmes l'ont certainement dans le cœur... Ceux qui craignent le Seigneur, les païens sympathisants, les convertis du jour de la Pentecôte... Moi, Éternel est ton amour... Tu es bon...
 
v.22-23. La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle... Dans la parabole des vignerons qui tuent le fils que le détenteur de la vigne leur a envoyé, Jésus renvoie ses adversaires à ce psaume. N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! (Mt 21,42). Le Fils mort sur la Croix devenu dans sa résurrection la pierre indestructible de son Église. Pierre lancera à la figure de ses détracteurs au sanhédrin qui ne digèrent pas une guérison opérée par lui au nom de Jésus mort et ressuscité : Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle. (Actes 4,11). Seigneur, je m'appuie sur Toi, tu es l’arc-boutant de ma vie... Dimanche dernier, dans cette chronique, un autre regard de méditation a été jeté sur ce psaume.
 
v.24.Voici le jour que fit le Seigneur. Les premiers chrétiens ont donné au jour de Pâques et à tous les dimanches le nom de "huitième jour".... "Le fait que le sabbat soit le septième jour de la semaine fait envisager le jour du Seigneur à la lumière d’un symbolisme complémentaire : le dimanche est le premier jour et aussi le huitième jour, c’est-à-dire placé, par rapport à la succession septénaire des jours, dans une position unique et transcendante, qui évoque non seulement le commencement du temps, mais encore son terme". (Jean Paul II). Chaque dimanche est Pâques, mémorial, pas seulement souvenir, "Premier Jour" d'une ère nouvelle, "Huitième Jour" ouvrant à la création du monde et à son achèvement final dans le retour du Christ. Seigneur, fais moi découvrir et vivre le sens profond du dimanche.
Paul C.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article