Psaume 125/126 Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous, nous étions en grande fête

Lecture Priante du psaume du 5ème dim du Carême année C (Ps 125)
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur.
1. Que dit ce texte ? 2. Que me dit ce texte ? 3. Que vais-dire au Seigneur et vivre ?

***************************

Psaume 125/126
01. Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion, nous étions comme en rêve !
02. Alors notre bouche était pleine de rires, nous poussions des cris de joie ;
      alors on disait parmi les nations : ''Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur !''
03. Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête !
04. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme les torrents au désert.
05. Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie.
06. il s'en va, il s'en va en pleurant, il jette la semence ;
      il s'en vient, il s'en vient dans la joie, il rapporte les gerbes.

***************************

Le psaume 125/126, un ''Cantique des Montées'', groupement de 15 psaumes chantés par les pèlerins en marche vers Jérusalem, vers le Temple demeure de Dieu. Une vraie montée physique à partir de Jéricho, difficile, tortueuse (Jéricho est à une altitude de moins 40m. Jérusalem est à plus 700m). Si la montée se fait par la Samarie, c'est également montagneux. Montées rudes qui symbolisent et expriment des démarches spirituelles. On y rappelle le rude retour de l'Exil de Babylone (à partir de 538 avant JC) et l’immense joie qui l'accompagna. Dans le psaume, les mots en rêve, rires, cris de joie, merveilles, fête. Le pèlerin éprouve une sorte d'extase. Le psaume est comme un écho de la première lecture (Isaïe 43,16s.) Moi Dieu, je vais faire passer un chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux arides, pour mon peuple.
 
Dans les 3 premiers versets du psaume, la célébration du souvenir du retour d'Exil est devenue le symbole des situations humaines ou spirituelles désespérées dont Dieu seul peut sauver, vaincre, libérer. Les bénéficiaires eux-mêmes n'en reviennent pas, ils croient rêver et leur joie explose. Les ''nations'', les non-juifs, (pour nous les étrangers au christianisme) sont surpris. Et moi, ne serait-il pas bon que je rende grâce au Seigneur pour ses actions, grandes ou petites, dans ma vie ou autour de moi ou dans l’Église ou dans le monde entier... Quelle merveille y fait le Seigneur... La Vierge Marie chante, Le Puissant fit pour moi des merveilles (Luc 1,49).
 
Au v.4 du psaume un changement de rythme dans la prière. Après la célébration de la mémoire des délivrances du passé, une supplication de salut à venir : Ramène, Seigneur, nos captifs... Le retour d'Exil se continue, il est rude. En moi, près de moi, dans le monde, etc... Que de ''captivités'' de ceci ou de cela ! Je réfléchis, je prie.
 
Merci à l'auteur de cette photo
Comme torrent au désert. La force de la pluie sur le sol sec et caillouteux du désert du Négeb, les pluies abondantes qui surviennent parfois sur Jérusalem... Pluie de la grâce du Seigneur qui lave tout en moi et autour de moi, qui enrichit le sol de nos vies. La sécheresse parfois de nos prières , de nos actions... Et la mémoire de moments de grande fécondité. Les larmes deviennent semence. Un psaume d'espérance stimulant dans les moments de détresse et d'épreuve.
 
Les semences d'amour, de partage, de sainteté, vécues parfois dans les pleurs, seront moissonnées en gerbes de joie avec Jésus-Christ. Souvent Jésus a évoqué le ''Royaume qui vient'' comme une moisson. En Mt 13,18s. la parabole de la semence qui tombe sur diverses qualités de terre ; la parabole du bon grain et de l'ivraie...
 
Goûter le dernier verset comme un indicateur d'espérance sur le chemin vers Pâques
 
il s'en va, il s'en va en pleurant, il jette la semence
il s'en vient, il s'en vient dans la joie, il rapporte les gerbes
 
Paul C.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article