Rm 8, 35.37-39 Nous séparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ ?

Lecture Priante de la 2ème lecture
du 18ème dimanche ordinaire année A
(Lectio Divina)
Esprit-Saint, au moment où je vais lire et méditer ce passage de saint Paul,
donne-moi d'y plonger comme dans une source de vie.
______________________________________________
Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (8,35.37-39)
Frères, qui pourra nous séparer de l'amour du Christ ? la détresse ? l'angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le supplice ?
Non, car en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
J'en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l'avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur.
_____________________________________________________________________

Ce bref passage de saint Paul, je peux le prier en m'appuyant sur les 3 repères habituels de la Lectio Divina : le sens du texte, ce qui me touche dans ce texte, et la prière que j'adresse au Seigneur dans la grâce de ce texte. Je peux me laisser aller librement entre ces 3 repères.

Le texte est inclus entre une question et une affirmation : Nous séparer de l'amour du Christ ? Impossible ! Mais quel est cet amour ? L'amour que j'ai pour le Christ ? L'amour que le Christ a pour moi ? Paul entend d'abord parler de l'amour qui est en Dieu. Dans sa lettre, nous sommes en conclusion de tout un passage où il exalte l'amour en Dieu et l'amour de Dieu vers nous : "L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné" (5,5). Le texte original grec utilise le mot "agapé", l'amour totalement gratuit et totalement donné, totalement tourné vers l'autre et non vers soi-même (l'amour humain qui se base sur la réciprocité, c'est un autre mot grec).

Paul, en son langage à lui, fait allusion deux fois à des situations difficiles qu'il a vécues. Et moi, lecteur priant de ce texte, je peux penser à de dures situations analogues en ma vie…

Paul parle de victoires remportées, donc de combats en sa vie. Dans une autre lettre, il cite toute une série impressionnante d'épreuves rencontrées (2 Corinthiens 11, 24-27). Un jour où il en avait un peu marre et où il priait Dieu de le délivrer de tout cela, le Seigneur lui répondit : "Ma grâce te suffit !"(2 Corinthiens 12,9). La clef est là, la grâce ("grâce à celui qui nous a aimés"). Et moi ? Mes combats ? Je peux remercier le Seigneur qui m'a sorti de mauvais pas, de moments difficiles, de ceci ou de cela… Je peux l'implorer…

Un magnifique acte de foi de Paul en l'amour qui est en Dieu et qui se répand en moi, par son Fils Jésus, dans le souffle de l'Esprit. Dieu n'est qu'amour. Je peux prier dans cette perspective de foi les autres textes de la messe de ce jour  où je contemple le cœur de Dieu :

Dans la première lecture : Vous tous qui avez soif, venez, Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je ferai avec vous une Alliance éternelle.

Dans le psaume : Le Seigneur est tendresse et pitié.

Dans l'Evangile : Il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de pitié envers eux.

Paul C.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Daniel 02/08/2014 18:52

Impossible d'être séparé de l'amour de Dieu : une vraie raison d'espérer, un sens à ma vie et un lien indestructible qui me rend plus fort face à mes difficultés.
merci Paul pour tes articles qui m'aident à faire la lumière sur les textes proposés. Daniel