Dimanche de la très Sainte-Trinité

Nous sommes toujours dans ce long discours du Jeudi-Saint.

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire … », ce n’est pas par manque de temps, ni que j’ai beaucoup à ajouter ! Non Jésus n’a rien à ajouter, il a déjà dit l’essentiel, mais peut-être voudrait-il le répéter à l’infini !

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire », ce sont les dernières paroles de Jésus que nous rapporte Jean… C’est en quelque sorte la fin de son testament. Il est impossible d’en dire plus, peut-être que Jésus sent que ses disciples ne sont pas prêts à entendre , à comprendre… « Vous ne pouvez pas les porter ! » leur dit-il.

Voulait-il parler du Père ? Qu’auraient-ils compris de plus ? Qu’aurait-il dit de plus ? Il n’a cessé d’en parler, d’en témoigner : « Que tous soient un, comme toi Père tu es en moi et moi en toi » nous l’avons lu il y a quinze jours… et dimanche dernier, jour de pentecôte, il nous disait encore: « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera ».

« J’ai encore beaucoup à vous dire »… Peuvent-ils comprendre, que le Père et lui ne font qu’un ? Peuvent-ils comprendre « que ce que possède le Père est à moi » ? C’est l’Esprit, cet Esprit quand il viendra les conduira vers la vérité tout entière. C’est lui qui nous fait connaître le message d’amour de Jésus, c’est lui qui relie le Fils au Père, c’est lui qui avec le Fils nous amène au Père.

C’est cette relation entre le Père , le Fils et l’Esprit qui nous fait dire que Dieu est amour et si nous voulons être témoins de ce Dieu amour, il faut nous tourner vers nos frères en nouant avec eux des relations amicales et fraternelles.

Jésus nous a parlé du Père, il nous a parlé de l’Esprit, il n’a jamais parlé de la Trinité, Jésus  parle avec ses disciples tantôt du Père, tantôt de l’Esprit. Et dans le texte d’aujourd’hui, alors que nous fêtons la Trinité, il n’est question que de l’Esprit.

Pourquoi ? Peut-être que ce texte est aussi le testament de Jean lui-même… En effet Jean écrit quelques soixante ans après la mort et la résurrection de Jésus. Il sent qu’il se fait vieux (la légende dit qu’il serait mort autour de 100 ans). Il écrit pour des communautés où les derniers témoins qui ont vu et entendu Jésus se font de plus en plus rares. Ce sont des vieillards (Jean en fait partie) et petit à petit ils meurent les uns après les autres.

Mais leur disparition ne doit pas faire problème pour la foi des nouveaux chrétiens. On était dans l’attente du retour de Jésus, manifestement il ne revient pas. Il tarde à être là visiblement.

Voilà pourquoi Jean insiste sur l’Esprit. C’est son testament. C’est Lui qui manifeste la présence de Jésus. C’est Lui qui anime les croyants, c’est Lui qui fait jaillir en eux la vie du Ressuscité !

Père Charles de Llobet

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article