Vivants et fragiles

5e dimanche du temps ordinaire, année B

  • 1ère lecture : « Je ne compte que des nuits de souffrance » (Jb 7, 1-4.6-7)
  • Psaume : 146 (147a), 1.3, 4-5, 6-7
  • 2ème lecture : « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Co 9, 16-19.22-23)
  • Evangile : « Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies » (Mc 1, 29-39)

***

Aujourd'hui, Dimanche de la Santé sur le thème: " Vivants et fragiles". Ces mots nous invitent à accueilir nos fragilités d'être humain, et nous questionnent sur notre ouverture au don de la vie, dans une société où le culte du corps, de la performance et de l'autosuffisance passent en premier. La lecture du livre de Job et le psaume nous ont rappelé que tout bonheur vient de Dieu qui est un appui sûr. Saint Paul a fait le lien entre la nécessité de soutenir les plus faibles et celle d'annoncer le Christ: " Malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile !". Et l'Evangile de Marc nous a montré Jésus guérissant la belle-mère de Pierre de sa fièvre. Le Père Jean-François nous a invités à nous demander si notre plus grande maladie n'était pas d'oublier le Seigneur dans la fièvre de nos vies hyperactives...

Que nos fragilités, physiques ou spirituelles, soient autant de brèches
par lesquelles le Christ puissent atteindre notre coeur.
Et qu'elles nous donnent l'occasion de tendre la main aux autres
pour qu'ensembles nous soyons des êtres humains fragiles
mais images de Jésus, le Vivant.

Anne D.

image http://lesclesdedemain.lemonde.fr/partners/ibm/cacheDirectory/HTMLcontributions/img/20131203123402_jeune-pousse-prix-innovation.jpeg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article